POLITIQUE

Syrie: Harper dénonce le veto de la Russie au Conseil de sécurité

06/09/2013 02:17 EDT | Actualisé 06/11/2013 05:12 EST

SAINT-PÉTERSBOURG _ Le premier ministre Stephen Harper a déclaré vendredi que la Russie ne devrait pas disposer d'un droit de veto lui permettant d'empêcher la communauté internationale de répondre à une menace sans précédent à la sécurité mondiale.

M. Harper a fait ces commentaires au terme du sommet du G20 à Saint-Pétersbourg, qui s'est déroulé sous le signe de la mésentente entre Washington et Moscou relativement au dossier syrien.

Il a aussi effectué cette sortie après que le Canada et neuf autres nations eurent annoncé leur appui à la position américaine concernant la Syrie.

En conférence de presse, le premier ministre a reconnu le rôle important joué par le Conseil de sécurité et les Nations unies, et a assuré qu'il aimerait idéalement obtenir un consensus sur la crise syrienne.

Il a toutefois tenu à préciser qu'à l'instar de ses alliés, le Canada s'inquiétait grandement de la tournure des événements en Syrie et n'acceptait pas l'idée que la Russie puisse avoir un droit de veto sur toutes les décisions prises dans ce dossier.

Selon le président russe, Vladimir Poutine, seul le Conseil de sécurité de l'ONU, où la Russie détient un droit de veto, devrait avoir le pouvoir d'ordonner une frappe militaire contre un pays.

Cette position est aussi celle de plusieurs autres nations, du Conseil européen et du Vatican, même s'ils condamnent le recours aux armes chimiques.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


INOLTRE SU HUFFPOST

Les armes artisanales des rebelles en Syrie