DIVERTISSEMENT

19-2 : la troisième saison pourrait être la dernière à Radio-Canada

05/09/2013 04:44 EDT | Actualisé 06/09/2013 11:28 EDT
Courtoisie

La troisième saison de 19-2, qui ne prendra pas l’antenne d’Ici Radio-Canada Télé avant janvier 2015, pourrait bien clore définitivement les péripéties de Chartier, Berrof et leurs camarades du poste 19, a annoncé Réal Bossé au Huffington Post Québec, jeudi. L’auteur et comédien estime avoir investi suffisamment de temps dans cette aventure et ressent le besoin d’explorer de nouveaux horizons.

« J’ai l’impression que ce sera la dernière année, a-t-il laissé tomber. On se le souhaite. En fait, moi, j’aimerais que ça soit le cas. Ça me permettrait de faire autre chose. Je travaille sur ce projet depuis 2006, alors, je serais prêt à passer à une autre étape. »

Réal Bossé affirme que les longs délais de production ne sont pas étrangers à son envie de terminer ce chapitre important de son parcours professionnel.

« On a de la matière en masse, a-t-il lancé. On aurait pu le faire pendant cinq ou sept ans, comme les séries américaines. Mais, dans la vie, il y a des cycles. Quand ça s’échelonne sur trop longtemps, à un moment donné, ça s’épuise. On saute une année à chaque fois parce qu’on écrit ou on tourne, on ne fait jamais les deux en même temps. Et j’aurais aimé rembarquer tout de suite. »

« Je ne veux pas faire uniquement ça, a-t-il poursuivi. C’a déjà pris beaucoup de temps, dans ma vie. Pas trop, mais beaucoup. Et pour moi, c’est important de faire un maximum de choses. J’ai d’autres projets actuellement, qui sont tout aussi intéressants. »

En ce qui concerne le développement des prochaines intrigues, Réal s’est montré évasif, se contentant d’avancer que l’écriture va bon train et qu’on pourra apprécier le résultat au début de 2015, « si tout va bien ».

« On procède différemment cette année, pour des raisons que je ne peux nommer. Danielle Dansereau et Martin Forget écrivent les textes, et Claude Legault, Podz (le réalisateur) et moi faisons des retours, c’est-à-dire qu’on ajoute nos notes et commentaires. »

Le coffret DVD du deuxième volet de 19-2 sera en vente le 10 septembre. Diffusé l’hiver dernier, celui-ci s’était conclu avec la découverte et le suicide de la taupe que la Sûreté du Québec recherchait activement depuis des mois, le sergent Julien Houle, interprété par Sylvain Marcel.

En ce moment, une partie de l’équipe de la saga policière se trouve à La Rochelle, en France, où sera projeté dans quelques jours l’épisode de la fusillade dans une école secondaire dans le cadre du Festival de la Fiction TV, qui se tiendra du 11 au 15 septembre. Une discussion aura ensuite lieu avec les créateurs de la série de TF1-France, RIS Police scientifique.

Écriture et êtres humains

Par ailleurs, Réal Bossé sera de retour à la barre de Science ou fiction, sur les ondes de TV5, au printemps prochain. L’émission en est déjà à sa cinquième saison, et l’animateur s’apprête à tourner de nouvelles capsules, dans lesquelles il continuera de confronter des idées reçues depuis longtemps.

« On re-boulonne ou déboulonne des mythes, a-t-il précisé. Par exemple, on s’est interrogé à propos de l’alcool et des médicaments. Est-ce que c’est vrai qu’on ne peut pas boire lorsqu’on est médicamenté? Et on a appris que les médecins disent souvent ça parce que, quand les gens boivent, ils oublient de prendre leurs médicaments et, ainsi, ils ne guérissent pas. Mais, en réalité, 85 ou 90% des médicaments ne réagissent pas du tout au fait de prendre de l’alcool. On aussi démontré que, oui, la foudre peut tomber quatre ou cinq fois au même endroit et sur la même personne, et qu’il n’est pas nécessaire d’attendre une heure après avoir mangé pour se baigner. »

Toujours membre de la Ligue nationale d’improvisation (LNI) et de la troupe de théâtre Omnibus, Réal Bossé a également sur sa table de chevet plusieurs projets d’écriture, sur lesquels il ne peut élaborer, mais qui reposent tous sur son thème de prédilection : l’âme humaine.

« L’humain est toujours au centre de mes préoccupations, a-t-il souligné. Dans la police, par exemple, il n’y a rien de plus intéressant que lorsqu’un humain se trouve là où ça brasse. Dans cette espèce d’écart entre la civilisation et la folie furieuse, cette zone tampon… Moi, j’aime être là où ça échoue. Les gens heureux n’ont pas d’histoire; mais, si on gratte un peu chez quelqu’un qui va bien, on se rend compte que, la nuit, tout le monde a ses problèmes… »

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


INOLTRE SU HUFFPOST

La rentrée culturelle (Automne 2013)