NOUVELLES

Billy Bishop : Porter voudrait une piste encore plus longue

04/09/2013 07:59 EDT | Actualisé 04/11/2013 05:12 EST

Le transporteur aérien Porter a présenté une deuxième proposition pour le prolongement de la piste d'atterrissage principale à l'aéroport du centre-ville de Toronto, demandant 64 mètres de plus qu'à l'origine.

Le président de la compagnie, Robert Deluce, affirme que cette distance supplémentaire permettrait de réduire la puissance des moteurs au décollage et donc le bruit.

Vraisemblablement, cela aiderait aussi Porter à diminuer sa consommation de carburant.

Le transporteur espère que la piste sera prolongée pour y faire atterrir des jets. À l'heure actuelle, seuls les avions à hélices sont permis à l'aéroport Billy Bishop. Porter doit obtenir l'autorisation du conseil municipal, de l'Administration portuaire et du fédéral pour aller de l'avant avec son plan d'expansion.

Tout prolongement de piste à l'aéroport des îles doit se faire grâce à du remblayage dans le lac Ontario. Mais Porter assure que son plan d'allonger la piste principale de 200 m plutôt que de 168 m à chaque extrémité ne bloquerait pas la circulation des plaisanciers sur le lac.

Le transporteur et l'Administration portuaire de Toronto ont lancé une opération charme au cours des derniers mois, à coup de publicités dans les journaux, pour convaincre les Torontois des mérites de l'expansion de l'aéroport Billy Bishop. Porter fait valoir notamment que les nouveaux appareils de la CSeries qu'il a commandés de Bombardier sont très silencieux.

Projet controversé

Un rapport de la Ville de Toronto a chiffré à 80 millions de dollars le coût du prolongement de la piste d'atterrissage principale. Ce n'est pas clair pour l'instant qui réglerait la facture.

Porter et Air Canada utilisent présentement des avions à hélices de type Q400 à l'aéroport des îles. Air Canada ainsi que WestJet, qui ne dessert pas l'aérodrome à l'heure actuelle, ont aussi montré leur intérêt à faire voler des jets à l'aéroport Billy Bishop si l'interdit actuel est levé.

Le maire Ford a donné son appui au projet d'expansion de Porter, mais nombre de conseillers municipaux s'y opposent véhément. « On ne permettra pas à la compagnie d'asphalter le lac », a déclaré le conseiller du centre-ville Adam Vaughan.

Des résidents appréhendent par ailleurs les effets sur la circulation automobile qu'aurait un plus grand achalandage à l'aéroport Billy Bishop, qui est situé près d'une école et de nombreuses tours à condominiums. 

La Ville Reine doit publier un rapport plus complet en septembre sur le projet de prolongement de la piste, après avoir mené des consultations publiques.

PLUS:rc