NOUVELLES

L'épicerie de Price, le contrat de Subban

03/09/2013 03:54 EDT | Actualisé 02/11/2013 05:12 EDT

LAVAL - Même si quatre mois se sont écoulés depuis l'élimination du Canadien, les sujets chauds n'ont pas changé dans l'entourage de l'équipe.

C'était un peu l'impression ressentie lors du tournoi de golf annuel du Tricolore, mardi, au Club Laval-sur-le-Lac.

Carey Price s'adressait aux médias montréalais pour la première fois depuis mai dernier, quand il avait fait part d'un certain malaise quant à l'attention accordée au gardien numéro 1 de l'équipe la plus prestigieuse en ville.

« Ça a été exagéré un peu, plusieurs personnes l'ont interprété à leur façon, a dit Price. Je suis le genre de personne qui se tient tranquille à la maison avec ma famille. Je ne sors pas beaucoup en général. »

Au-delà de la fameuse histoire de l'épicerie, il faut aussi se rappeler que le numéro 31 avait subi une entorse à un genou dans l'avant-dernier match des séries l'an passé. Peter Budaj avait obtenu le départ dans le cinquième et dernier duel Canadien-Sénateurs.

Au bilan de fin de saison, il avait également évoqué de vieilles blessures qui traînaient depuis les saisons précédentes. Tout ça semble maintenant derrière lui.

« J'ai pris plus de temps de repos qu'à l'habitude cet été, ça ne donnait rien de me presser. Je voulais m'assurer de revenir à 100 % et de ne pas vivre de recul. Je sens que je suis prêt. »

Le soutien des autres

Sans grande surprise, les membres de son entourage soutiennent tous qu'ils s'attendent à voir Price rebondir. L'athlète de 26 ans a présenté une moyenne de 2,59 et une efficacité de ,905, des statistiques inférieures à celles de ses deux saisons précédentes.

Pour l'aider, un nouvel entraîneur des gardiens et la motivation de participer aux Jeux de Sotchi.

« On a parlé avant son départ (vers la Colombie-Britannique, après la saison), une bonne conversation d'une heure dans mon bureau à Brossard, a expliqué Marc Bergevin. On a confiance en lui. On a amené Stéphane Waite (entraîneur des gardiens) pour l'aider. Sa crédibilité, ce qu'il a fait à Chicago avec deux gardiens différents, ça parle de soi-même. »

« Croyez-moi, ce n'est pas la pire chose qu'il ait vécue, a ajouté Brian Gionta, au sujet des difficultés passées de Price. Il a subi beaucoup de pression à un jeune âge et il a toujours bien répondu. Il s'est dit beaucoup de choses à son sujet, mais personne dans ce vestiaire ne le remet en doute. On doit être meilleurs devant lui. On ne peut pas s'attendre à ce qu'il vole des matchs tous les soirs. »

Avares de commentaires

L'autre éternel dossier chaud est (déjà) celui du contrat de P.K. Subban. À peine huit mois après avoir mis fin à sa dispute contractuelle avec le Tricolore, voilà qu'il est déjà question de sa prochaine entente, puisqu'il écoulera en 2013-2014 la dernière année de son contrat.

Dans un camp comme dans l'autre, on n'a pas voulu s'étendre sur le sujet.

« Je n'ai jamais négocié sur la place publique, je ne le ferai pas plus aujourd'hui », a sèchement répondu Bergevin.

Bergevin n'a pas exclu que les négociations se tiennent en cours de saison.

« C'est une option. C'est un joueur qu'on aime beaucoup, on va s'entendre et quand ce sera le cas, vous serez les premiers à le savoir. »

« Il me reste encore une année de contrat, a rappelé Subban. Ça serait injuste que l'attention soit sur moi en ce début de saison, on a de nouveaux joueurs et c'est une nouvelle saison. »

Price et Subban se battront au cours des prochains mois pour prouver qu'ils ont leur place au sein d'Équipe Canada pour les Jeux de Sotchi. Pour bien des raisons, les deux comparses devraient se retrouver plus souvent qu'à leur tour au cœur de l'actualité.

PLUS:rc