Hafez, le fils de 11 ans de Bachar Al-Assad, pourrait être à l'origine d'un message décousu et va-t-en-guerre posté sur Facebook.

Même si rien ne permet d'affirmer avec certitude que le compte appartient bien au jeune garçon, il semble que le post emphatique ait été "liké" par les enfants et petits-enfants de hauts dignitaires du régime.

Parmi eux, figurent vraisemblablement le fils et la fille d'Assef Shawkat, ancien député et ministre de la défense, Sally et Ali Khierbek, membres de la puissante famille alaouite Khierbek, et le vice-président chargé de la sécurité, Mohammad Nasif Khierbek. Bref, un bel exemple de propagande quoi qu'il en soit.

Dans une déclaration provocatrice, le jeune garçon encourage les Etats-Unis à frapper son pays. Le texte commence sur ces mots : "Nous avons attendu 12 heures [l'attaque aérienne]…. Ils nous ont donné un délai de 48 heures, nous les attendons."

assad

Le post potentiellement écrit par le fils de Bachar Al-Assad

"J'aimerais tellement qu'ils attaquent, parce que je veux qu'ils fassent cette grossière erreur de se lancer dans quelque chose dont ils ne connaissent pas la fin," peut-on lire. "Il n'existe nulle part des soldats comme ceux que nous avons en Syrie," poursuit-il. L'Amérique n'a pas de soldats, elle n'a que des lâches équippés de nouvelles technologies qui se présentent comme des libérateurs."

"Nous sommes nés pour combattre et résister, nous les combattrons partout jusqu'à ce qu'ils s'en aillent, si toutefois ils viennent, peu importe les efforts qu'ils déploient pour nous chasser de notre terre sacrée, ils n'y arriveront jamais, c'est d'ici que nous venons et d'ici que viennent nos racines et nos prédécesseurs."

Le post se termine par la promesse que l'armée n'arrêtera pas sa progression avec l'invasion américaine: "Ils ne connaissent pas notre terre aussi bien que nous, personne ne la connaît aussi bien, la victoire nous appartient au final, peu importe le temps qu'il faudra." Un langage plus proche du lavage de cerveau dictatorial que du langage d'un enfant sur les réseaux sociaux.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.