NOUVELLES

Le PLQ mise sur l'économie et l'emploi

30/08/2013 11:24 EDT | Actualisé 30/10/2013 05:12 EDT

Le chef du Parti libéral du Québec (PLQ), Philippe Couillard, insiste sur l'importance de l'économie et de l'emploi dans la conduite des affaires de l'État québécois. Au terme du caucus de son parti, il estime que le Parti québécois (PQ) fait tout en son pouvoir pour éviter de parler de ces deux enjeux.

M. Couillard a même accusé le PQ de provoquer une crise avec la charte des valeurs québécoises dans le but d'éviter de parler d'économie et d'emploi. Il estime que le sujet de l'identité n'a pas l'importance, pour les Québécois, que le PQ tente de lui accorder. « Les priorités réelles des Québécois sont l'emploi et l'économie », estime M. Couillard.

Le chef du PLQ accuse le PQ de provoquer la division au sein de la société québécoise avec, notamment, son projet de loi 14 - une tentative de réforme de la loi 101 bloquée par le PLQ - et maintenant la charte des valeurs québécoises.

M. Couillard dénonce l'approche du gouvernement en matière d'identité. Il estime que le PQ confond la laïcité des institutions à celle des individus. Il déplore également la façon de faire du gouvernement qui a orchestré, selon lui, des fuites afin de tester la réaction de la population à son projet.

Selon M. Couillard, le débat sur l'identité avec le PQ est miné par la dichotomie qu'impose le parti souverainiste. « Si on est contre les politiques du PQ, on est contre le Québec, déplore-t-il. Si on s'oppose au projet de loi 14, on est contre le français. Si on dit qu'on ne commencera pas à priver les gens de libertés pour leur code vestimentaire, on est contre l'identité. Ça n'a aucun sens. »

M. Couillard estime que la prospérité économique constitue la meilleure garantie de l'affirmation de l'identité québécoise

Le PLQ se tient prêt à la tenue d'élections générales et n'hésitera pas à défaire le gouvernement lors d'un vote de confiance si la situation le commande. « Nous n'hésiterons pas, sur une question fondamentale de principes, à voter contre un projet gouvernemental [...] de façon à bien affirmer nos principes », souitent M. Couillard.

En attendant le rendez-vous électoral, le successeur de Jean Charest pilote une réforme des instances du PLQ. La tenue de colloques régionaux constitue la première étape de discussions des militants. Ils seront suivis d'un conseil général, à la fin novembre, et d'un congrès, au début de l'année 2014, qui culminera par l'adoption d'une plateforme électorale.

 

PLUS:rc