NOUVELLES

Gagner chez l'adversaire

30/08/2013 01:35 EDT | Actualisé 29/10/2013 05:12 EDT

Si l'objectif est encore de finir au sommet de l'Association de l'Est, l'Impact de Montréal doit trouver une façon de gagner des matchs sur le terrain de l'adversaire.

L'Impact n'a plus que 10 matchs à disputer en MLS d'ici la fin du calendrier. Six de ces rencontres se tiendront sur des terrains adverses. Or, Montréal n'a pas gagné à l'étranger depuis le 1er juin à Kansas City.

Le onze montréalais s'amènera à Philadelphie, samedi soir, fort d'un gain convaincant de 5-0 contre Houston, mais avec une fiche de 0-4-1 à ses cinq dernières sorties à l'extérieur du stade Saputo.

Pour un deuxième week-end d'affilée, l'entraîneur-chef Marco Schällibaum, sous le coup d'une suspension, restera à l'écart. C'est à Mauro Biello que reviendra la tâche d'appliquer le plan de match.

« Nous devons connaître un meilleur début de rencontre. Nous avons affiché des statistiques sur le tableau dans le vestiaire. Dans les cinq derniers matchs, on a pris des buts trois fois dans les cinq premières minutes, une fois à la 10e minute et une fois à la 19e minute. Il faudra donc être plus concentrés », a dit Biello à l'issue de l'entraînement de vendredi sur la pelouse du centre sportif Claude-Robillard.

Biello est d'avis que l'Impact doit mettre davantage de pression sur leurs opposants.

Le défenseur Hassoun Camara estime qu'il est souhaitable que l'équipe utilise l'élan positif enregistré contre Houston, samedi dernier.

« Nous ne sommes pas l'exception dans ce championnat, où plusieurs équipes ont du mal en jouant chez l'adversaire, a souligné le Français. Ce serait bien de partir avec beaucoup de confiance et de se dire qu'on peut faire de belles choses à domicile contre une équipe comme Houston. Ensuite, c'est d'appliquer cette manière de rester compact et concentré contre Philadelphie sur l'ensemble des 10 derniers matchs. »

Le vieil adage veut que l'on ne change pas une combinaison gagnante. Biello devra toutefois attendre jusqu'au dernier moment pour décider de la formation qui affrontera l'Union.

Incommodé par des maux d'estomac, le défenseur Matteo Ferrari a rapidement quitté l'entraînement. Au moment d'écrire ces quelques lignes, il représentait encore un cas douteux en prévision du match de samedi.

PLUS:rc