Messieurs, si votre conjointe obtenait une promotion dans le cadre de son travail, seriez-vous heureux pour elle? La réponse semble a priori évidente. La logique voudrait qu'un homme se réjouisse quand sa moitié réussit ce qu'elle entreprend. Mais selon des psychologues américains, ce serait pourtant le contraire qui se produirait.

Au fond d'eux-mêmes, les hommes ne paraissent pas se réjouir de la réussite de leur épouses ou petites-amies. Cette étude publiée dans The Journal of Personality and Social Psychology met en évidence la blessure ressentie par les hommes lorsque leur partenaire rencontre le succès.

Prime au travail, perte de poids, ce sentiment se vérifie dans n'importe quelle situation où la femme est valorisée. Une réaction typiquement masculine, puisque, toujours selon cette étude, les femmes ne semblent pas affectées quand leur compagnon réussit.

Dans cette enquête, ce sont des étudiants hétérosexuels qui ont joué les cobayes. Les scientifiques ne se sont pas contentés d'interroger seulement des américains mais ils ont également fait appel à des étudiants néerlandais. L'objectif des chercheurs: montrer dans quelles mesures les hommes se sous estiment lorsque leur partenaire sortent victorieuses de ce qu'elle entreprennent.

Aux étudiants américains, les scientifiques ont proposé un questionnaire. Les experts l'ont présenté comme un test de résolution de problèmes et d'intelligence sociale. Malins, les chercheurs leur ont suggéré ensuite que le score de leur partenaire, ayant répondu au même test, était soit dans les 12% meilleurs résultats soit dans les 12% les moins bons de toute l'université. Le test se composait de questions sur leur personnalité et leur comportement.

Blessure narcissique

Résultats: les hommes ne pouvaient s'empêcher de se rabaisser. Sachant que leur partenaire avait obtenu de très bons scores aux tests, ils montraient plus généralement une image négative d'eux même en répondant au test. Ils employaient souvent des mots négatifs (comme effrayant ou mauvais) pour décrire leur attitude.

Autre pays, autre questionnaire. Les étudiants néerlandais ont participé cette fois-ci à une épreuve en ligne. Grace à des mises en situation très simple (par exemple, votre compagne a brillé en société ou a fait preuve de beaucoup d'intelligence) les hommes devaient commenter s'ils se réjouissaient ou non de la réussite de leur partenaire.

Là aussi, les participants ont montré des réponses similaires avec les américains. Tandis que leurs partenaires avaient connu le succès dans un domaine où ils avaient échoué, ces jeunes hommes néerlandais répondaient au questionnaire en se dévalorisant.

Une blessure à l'ego que la psychologue de l’Université de Floride, Kate Ratliff, qui a participé à l'enquête commente:

"C'est compréhensible qu'un homme se sente menacé lorsque sa petite amie est plus performante que lui, par exemple quand ils essaient tous les deux de perdre du poids. Mais cette étude donne la preuve que les hommes rapportent automatiquement le succès de leur compagne à leur propre échec."
Loading Slideshow...
  • Prenez de saines habitudes

    Désolé de vous le rappeler, mais vous n'êtes pas la perfection incarnée! Les mauvaises habitudes sont légion, et bien peu de personnes y échappent. Fumer la cigarette, vous ronger les ongles, procrastiner ou perdre votre temps sur Facebook: voilà autant d'opportunités de vous améliorer. S'il le faut, écrivez un journal personnel, demandez l'aide de vos proches parents et amis, et prenez une fois pour toutes les résolutions qui amèneront un changement durable dans votre vie.

  • Visitez un autre continent

    Si vous faites partie des privilégiés qui en ont eu le temps, il est fort probable que vous ayez déjà voyagé. Tout n'est pas fini cependant: vous êtes maintenant plus mature et plus sage, et avez sans doute plus d'argent en poche. Il sera donc possible de dormir dans de bons hôtels, plutôt que dans les bruyantes auberges de jeunesse. Faites du schnorkel à la Grande barrière de corail, visitez le Machu Picchu, ou rabattez-vous sur les bonnes vieilles gondoles vénitiennes. Il est temps d'apprécier tout ce que vous ne pouviez pas vous payer dans la vingtaine !

  • Apprenez à conduire

    Si vous avez grandi à la campagne, vous avez sûrement obtenu votre permis il y a longtemps. Par contre, bon nombre de jeunes adultes originaires des grands centres urbains n'ont pas de permis de conduire. En effet, les transports en commun permettent de se déplacer facilement et en incitent plus d'un à repousser aux calendes grecques les examens de la SAAQ. Mais il suffira de la naissance d'un bébé pour que le besoin de faire de grosses emplettes ou de déménager se fasse sentir. Disposer de votre propre véhicule vous facilitera la tâche, et vous évitera d'être à la remorque de vos amis (voir la recommandation suivante) lorsque viendra le temps de souffler un peu.

  • Prenez la route avec vos amis

    Combien de films ont eu pour contexte un long périple en auto? Sans y aller à fond de train comme dans Thelma & Louise, il est possible de vous la couler douce en parcourant les villages pittoresques des Cantons-de-l'Est, ou en longeant les plages de l'Atlantique pour aboutir au monument symbolisant le plus gros homard du monde. Faites le plein, et ouste!

  • Faites pousser votre propre nourriture

    Pas besoin d'avoir un château victorien et une grande cour en banlieue pour vous adonner au jardinage. Quelques seuils de fenêtre, un sac de terre à empoter et un peu de patience peuvent accomplir des miracles. Les fines herbes telles que le basilic, le thym et le persil - de même que certains légumes-racines comme les radis ou les betteraves - sont faciles à cultiver à l'intérieur. Et si vous disposez d'un grand balcon ou d'un lot dans un jardin communautaire, vous récolterez des tomates et des poivrons savoureux à ne plus savoir qu'en faire.

  • Mettez de l'ordre dans votre vie

    Il est probable que vous n'ayez plus besoin de cette boîte remplie de notes d'université, de vieux billets de cinéma et de relevés T4 des années 1990. Ni de cette paire de jeans que vous aviez gardée «au cas où». Ni de votre imposante collection de cassettes grunge. Jetez la nostalgie par la fenêtre, et débarrassez-vous de tout ce que vous n'avez pas utilisé, porté ou regardé depuis plus d'un an. Lorsque ce fatras sera évacué, vous vous sentirez plus libre et n'éprouverez aucun remords.

  • Lisez les grands classiques

    Shakespeare, Hemingway, Dostoïevski et Victor Hugo. Un zeste de Michel Tremblay et de Réjean Ducharme. Que vous soyez conquis ou non par l'

  • Trouvez le style qui vous convient

    Durant l'adolescence et la vingtaine, vous avez essayé tous les styles: cheveux délavés, jeans trop serrés, maquillage excessif, vestes à franges et bottes lunaires... Vous avez maintenant une bonne idée de ce qui vous convient, et surtout de ce qui ne vous convient pas! Sans renier quelques excentricités, la trentaine est l'occasion d'arborer un style qui reflète votre mode de vie actuel et favorise votre réussite professionnelle. Si jamais vous manquez d'inspiration, faites appel à une styliste ou un conseiller en image qui soit capable d'évaluer votre personnalité, votre corpulence et votre type de peau, pour les agencer avec les vêtements qui vous mettront le plus en valeur.

  • Faites du bénévolat

    Votre horaire du temps est chargé? C'est la vie, rien de plus normal. Mais ne soyez pas nombriliste. Faire du bénévolat une journée par mois ne chamboulera pas votre horaire. Foyers pour personnes âgées, banques alimentaires, cuisines populaires, refuges pour animaux: les besoins sont criants dans de multiples organismes, et votre implication dans l'un ou l'autre sera très gratifiante.

  • Surmontez vos peurs

    Sans aller jusqu'à sauter en parachute ou escalader l'Everest, il est important de sortir périodiquement de votre zone de confort afin de repousser vos limites. Essayer un nouveau sport, bouquiner dans un quartier inconnu, prendre un cours de danse ou de cuisine exotique ne sont que quelques suggestions. Il faut pêcher les huîtres pour trouver la perle rare!