NOUVELLES

Un condamné à mort au Texas pourrait être disculpé grâce à trois cheveux

29/08/2013 09:24 EDT | Actualisé 29/10/2013 05:12 EDT

Il attend dans le couloir de la mort depuis 1993 et ce sont les tests d'ADN réalisés sur trois cheveux qui pourraient le disculper.

Les avocats de Hank Skinner affirment que leur client de 51 ans, inculpé et condamné pour le triple meurtre de sa compagne d'alors, Twila Busby, et des deux fils de celle-ci, a toujours nié les faits.

Hank Skinner, qui a échappé par deux fois à la dernière minute à une exécution, a mené une bataille acharnée pour prouver son innocence avec des tests d'ADN sur quatre cheveux retrouvés dans la main de la jeune femme.

Ils ont été soumis à des analyses génétiques, dont les résultats ont été révélés jeudi par un laboratoire privé de Virginie.

Les experts ont jugé que les doutes sur la culpabilité de M. Skinner étaient « bien trop importants », estiment les avocats Robert Owen et Douglas Robinson.

Selon les tests, la personne à qui appartiennent trois des quatre cheveux a un lien maternel avec chacune des trois victimes. C'est donc vers Robert Donnell, l'oncle maternel de Twila Busby, que les regards sont désormais braqués.

Il avait été vu en train de « harceler » la jeune femme, moins d'une heure avant que celle-ci ne soit tuée, expliquent les avocats de Hank Skinner.

Le procureur du Texas peu impressionné

Il ne s'agit que de « tactiques continuelles » de la défense pour « retarder » la procédure, a estimé Jerry Strickland, directeur de la communication du bureau du procureur du Texas.

Pour le procureur, au contraire, « ces résultats continuent à montrer le lien entre Hank Skinner et sa culpabilité dans le meurtre de Twila Busby ». Il précise que « quatre cheveux trouvés sur la victime ont été testés, dont trois pourraient appartenir à Twila Busby et ses deux fils et le quatrième, à Hank Skinner ».

Ce cheveu de Hank Skinner pouvait parfaitement se retrouver sur le sol puisque leur client habitait dans la maison.

Cela explique également la présence de ses empreintes sur l'arme du crime, un couteau, dont il se serait souvent servi dans la cuisine de la même maison.

Selon les avocats de la défense, d'autres circonstances renforcent la thèse de la culpabilité de l'oncle de la jeune femme, aujourd'hui décédé.

Ils avancent que Robert Donnell était un homme violent avec sa femme. Selon eux, il n'avait pas montré la moindre émotion à l'annonce de la mort de sa nièce et des deux fils de celle-ci.

Il aurait été vu en train de nettoyer sa voiture deux jours après les meurtres, et il aurait été identifié comme le propriétaire d'un coupe-vent retrouvé ensanglanté près du corps de Twila Busby, qui a depuis disparu.

PLUS:rc