NOUVELLES

Intervention en Syrie : « C'est quoi le but? », demande l'ex-chef des opérations des Forces canadiennes

29/08/2013 09:22 EDT | Actualisé 29/10/2013 05:12 EDT

Le major général à la retraite et ancien Chef de la planification et des opérations des Forces armées canadiennes Terry Liston appelle à la prudence devant la perspective d'une intervention militaire en Syrie.

Le militaire, qui est également associé à la Chaire Raoul-Dandurand, se dit très déçu par les événements des derniers jours « parce qu'on parle d'une action militaire, et qu'une action militaire, ça veut dire de tuer des centaines de conscrits et on ne sait pas trop pourquoi », dit-il.

« Il y a des gens qui pensent - avec une certaine légitimité - que l'action, telle qu'elle est conçue actuellement, est illégale », expose M. Liston.

Selon lui, il est difficile d'identifier un objectif clair pour motiver une telle intervention. « Est-ce que c'est pour aider les rebelles avec deux ou trois jours de petites frappes? Est-ce que c'est pour empêcher l'utilisation des armes chimiques? (...) Est-ce que c'est pour débarquer Al-Assad de là? On a déjà promis que non, que ce n'était pas ça le but. Alors c'est quoi, le but? »

Terry Liston fait aussi valoir que les 100 000 morts causées en Syrie depuis le début du conflit ne sont principalement pas le résultat d'attaque aux armes chimiques comme celle de la semaine dernière. La plupart des victimes meurent lors d'attaques du régime contre les rebelles qui se cachent parmi la population et utilisent celles-ci pour se protéger, dit-il, ajoutant que cette stratégie des rebelles représente un autre type de crime de guerre.

La communauté internationale doit intervenir en Syrie, croit le major général, mais elle doit le faire par le biais des Nations unies.

PLUS:rc