NOUVELLES

Charte des valeurs : Labeaume souhaite conserver certaines traditions religieuses

29/08/2013 01:45 EDT | Actualisé 28/10/2013 05:12 EDT

Le maire de Québec espère que la future charte des valeurs québécoises du Parti québécois (PQ) n'ira pas trop loin. Régis Labeaume se dit en faveur d'une fonction publique laïque, mais il tient tout de même à conserver certaines traditions religieuses.

Le maire attend de prendre connaissance des détails du projet de loi avant de le commenter davantage, mais il croit déjà que la charte ne doit pas dépasser le cadre de l'administration municipale.

Par exemple, il espère que l'aumônier de la Ville, qui intervient auprès des employés en détresse, pourra rester en poste. Il souhaite aussi que se perpétue la messe célébrée chaque année, au début de juillet, pour souligner la fête de la ville de Québec. Pour lui, il s'agit d'une tradition, peu importe les croyances. « Le 3 juillet, quand je suis dans le banc d'en avant, c'est de l'émotion parce que je continue une tradition. Moi, je le sens comme ça. »

Régis Labeaume affirme que cette charte doit être mise en place dans la sérénité, l'égalité et le respect. « Moi, personnellement, l'administration doit baigner dans un environnement de laïcité. Je crois fondamentalement à l'égalité. Je suis contre tout signe d'avilissement de la femme. »

Le port de signes religieux

Le projet de charte des valeurs québécoises du PQ pourrait interdire le port de signes religieux très visibles dans les fonctions publique, parapublique et dans l'administration municipale. Le sujet a été longuement discuté mercredi lors de la rencontre du caucus péquiste en Gaspésie. 

À Québec, les élus municipaux et la direction générale de la Ville disent n'avoir recensé aucun fonctionnaire qui serait touché. Ainsi, dit Labeaume, si on s'en tient à la ville de Québec seulement, on n'a pas vraiment besoin d'une charte des valeurs québécoises.

« Il ne faut pas diviser les Québécois là-dessus. Le danger là-dedans c'est : comment peut-on croire qu'on va avoir un débat serein? Je vous dirais qu'à première vue, on frise l'utopisme », a déclaré le maire Labeaume.

Ce dernier a fait ces déclarations jeudi matin lors de l'annonce des activités qui se tiendront à l'occasion des 75 ans de la Faculté des sciences sociales de l'Université Laval. Il était accompagné de Gérard Bouchard, co-président de la commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables qui a eu lieu il y a cinq ans. M. Bouchard n'a pas voulu émettre de commentaire parce qu'il ne connaît toujours pas la position du gouvernement à ce sujet.

Le projet de charte des valeurs québécoises sera dévoilé par le gouvernement de Pauline Marois à la mi-septembre.

PLUS:rc