POLITIQUE

BPC à Pointe Claire: le ministre Blanchet donne un dernier délai

29/08/2013 11:31 EDT | Actualisé 29/10/2013 05:12 EDT
PC

CARLETON-SUR-MER _ Les citoyens de Pointe-Claire devront patienter encore. Le ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet, dit qu'il n'a pas le choix: il doit accorder une dernier délai de 24 heures à une entreprise qui entrepose illégalement des biphényles polychlorés, des BPC, malgré plusieurs avertissements.

À compter de vendredi matin, donc, si l'entreprise ne se conforme pas, les équipes du ministère prendront le contrôle des lieux.

L'avis préalable arrivait à échéance mercredi soir et l'entreprise n'avait toujours pas donné suite, mais l'ordonnance prévue a été signée seulement jeudi matin. M. Blanchet soutient que tout est déjà en place pour que les autorités exécutent les étapes nécessaires à la sécurisation et à la décontamination.

En point de presse jeudi matin en marge du caucus du gouvernement qui se tient à Carleton-sur-mer, en Gaspésie, le ministre a affirmé qu'il ne s'attend à une réponse favorable de l'entreprise.

Il a dit qu'il laisse la chance minimale à laquelle la loi le contraint, en ajoutant que si ce n'était que de lui, il n'y aurait pas eu de dernière chance.

La compagnie Les équipements de puissance Reliance a été avisée qu'elle devait retirer les déchets contaminés des lieux. Le ministère a affirmé qu'il avait été mis au courant de la situation seulement après le déversement d'entre 800 et 1200 litres d'huile et d'eau huileuse sur la propriété le 26 mars.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.