NOUVELLES

Un candidat de Denis Coderre, Claude Bricault, se défend d'avoir contourné la loi électorale

28/08/2013 04:08 EDT | Actualisé 28/10/2013 05:12 EDT
SRC

L'ex-éditeur du Journal de St-Michel et candidat dans l'équipe de Denis Coderre, Claude Bricault, affirme qu'il est tout à fait acceptable d'utiliser le site Internet de son média pour faire connaître son numéro de téléphone pour obtenir des appuis politiques.

Un texte de François Cormier

Juste avant de démissionner de son poste d'éditeur pour se lancer en politique municipale, Claude Bricault a signé un texte expliquant sa décision sur le site Internet de son journal.

À la fin, il écrit : « Et pour vous qui désirerez continuer à m'appuyer, cette fois dans la conquête de ce poste électif, je serai toujours à votre écoute afin de répondre à vos aspirations pour une meilleure qualité de vie. Pour ce faire, je vous invite à me joindre au 514-***-****. »

Une opposante politique, Elsie Lefebvre (Vision Montréal - Coalition Montréal), croit qu'il s'agit d'un geste discutable

« Utiliser son propre journal pour se faire de l'autopublicité, je ne sais pas si le Directeur général des élections va se pencher sur cette publication parce que ça nous apparaît, en effet, contourner la loi électorale », dit-elle.

Selon Elsie Lefebvre, Claude Bricault a utilisé son journal pour faire de la politique. « C'est surprenant de voir que M. Bricault utilisait son journal depuis les derniers mois pour faire de la partisanerie. Il s'attaquait de façon très virulente à des positions que j'ai pu prendre ou d'autres partis politiques », estime-t-elle.

Claude Bricault se défend : « Oui, le Journal de St-Michel s'est impliqué dans différents combats et il allait de l'avant, contrairement à des grands groupes de journaux. Comme journal indépendant, on s'est toujours impliqué pour notre communauté ». Selon lui, après 35 ans au journal, il était normal de signer un texte pour dire au revoir à ses concitoyens.

Son nouveau chef, Denis Coderre, n'a pas tardé à intervenir pour se porter à la défense de son candidat.

« Est-ce que les anciens de Radio-Canada se sont servis de Radio-Canada pour être candidat? Ces gens-là qui se donnent dans leur milieu, peu importe leur travail, décident à un moment donné de répondre présents à l'appel d'aide à la population », a-t-il conclu.

INOLTRE SU HUFFPOST

Denis Coderre pour les nuls