NOUVELLES

Syrie : Paul Martin invoque « le devoir de protéger »

28/08/2013 04:27 EDT | Actualisé 27/10/2013 05:12 EDT

L'ancien premier ministre libéral Paul Martin, qui avait ardemment milité au début des années 2000 pour que les Nations unies adoptent la doctrine canadienne de la responsabilité de protéger les civils, pense qu'il est temps pour le Canada et les autres pays du monde d'intervenir militairement en Syrie, où le régime de Bachar Al-Assad est soupçonné d'avoir utilisé des armes chimiques contre son peuple le 21 août.

Selon lui, une coalition assez large de pays pourrait remplacer l'aval du Conseil de sécurité de l'ONU.

« Ce que les États-Unis ont besoin, c'est qu'il y ait un groupe de pays importants qui les appuient publiquement », estime-t-il.

« S'ils veulent agir, par exemple, sans l'approbation du Conseil de sécurité [de l'ONU], ça prendra d'autres pays importants pour les appuyer », soutient-il, ajoutant que cette logique prévaudra également si Washington demande à l'OTAN d'agir, comme ce fut le cas au Kosovo en 1999.

Le rôle du Canada

M. Martin aimerait également voir le Canada jouer un rôle important dans une éventuelle action militaire.

« En tant qu'initiateur de la responsabilité de protéger, le Canada a clairement un rôle à jouer », pense-t-il, ajoutant qu'il aimerait même voir le gouvernement Harper prendre la tête d'une coalition de pays déterminés à punir le régime de Bachar Al-Assad, « sans envoyer des troupes au sol », mais en utilisant « le genre de missiles qui enverrait un message clair au gouvernement syrien pour qu'il ne recommence pas ».

Plusieurs pays, dont les États-Unis, le Canada, la France, la Grande-Bretagne et l'Italie, songent actuellement à intervenir militairement en Syrie. Une conférence sur le maintien de la sécurité dans la région doit d'ailleurs avoir lieu en Jordanie au cours des prochains jours.

Conflit syrien : onde de choc au Moyen-Orient

PLUS:rc