POLITIQUE

BPC: le gouvernement veut resserrer la vis du ministère de l'Environnement

28/08/2013 12:25 EDT | Actualisé 28/10/2013 05:12 EDT
PC

CARLETON-SUR-MER - Le gouvernement Marois donnera un tour de vis au ministère de l'Environnement, pour resserrer son fonctionnement en cas de danger environnemental.

Le ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet, a dit s'inquiéter du fait qu'une entreprise de Pointe-Claire a pu entreposer illégalement pendant des années des déchets contenant des biphényles polychlorés, des BPC, sans que son ministère le sache.

Le ministre a dit qu'il allait revoir le type de fonctionnement, le protocole du ministère, dans ces situations.

La compagnie Les équipements de puissance Reliance a été avisée qu'elle devait retirer les déchets contaminés des lieux. Le ministère a affirmé qu'il avait été mis au courant de la situation seulement après le déversement d'entre 800 et 1200 litres d'huile et d'eau huileuse sur la propriété le 26 mars.

Le ministre Yves-François Blanchet veut savoir pourquoi l'entreprise a pu se faufiler à travers les mailles du filet. Dans un point de presse à Carleton-sur-Mer, en Gaspésie, où le gouvernement est réuni en caucus, le ministre s'est toutefois défendu, mercredi matin, d'avoir traîné dans ce dossier.

Il a assuré que son ministère était actif depuis mars. Il a rappelé que six inspections avaient été faites, trois avis non-conformité émis, une mise en demeure acheminée, en plus d'un avis préalable, qui arrive à échéance mercredi soir.

Si l'entreprise ne se conforme pas, donc, le ministère pourrait faire comme dans le cas de la catastrophe de Lac-Mégantic, c'est-à-dire agir avec une ordonnance. Le ministère prendra alors dès ce soir le contrôle des opérations, pour sortir les BPC, même s'il faut fermer l'endroit au complet, selon ce qu'a précisé M. Blanchet.

Les autorités pourraient prendre une hypothèque légale sur les actifs, pour payer ses interventions. En outre, le ministère accumule des renseignements dans le but de transférer le dossier au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

À LIRE AUSSI

Entreposage de BPC à Pointe-Claire : ultimatum ce soir

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


INOLTRE SU HUFFPOST

Efficacité environnementale: le classement des pays développés