NOUVELLES

Menaces dans un avion d'Air Transat : l'enquête sur remise en liberté pourrait être reportée

27/08/2013 12:36 EDT | Actualisé 27/10/2013 05:12 EDT

L'enquête sur remise en liberté du passager dont le comportement avait forcé le retour à Montréal d'un avion qui se dirigeait vers la Turquie pourrait être reportée.

Dogan Akkaya, un résident de 25 ans de Toronto a été arrêté dimanche soir, à l'aéroport Pierre-Elliott-Trudeau, après un incident sur un vol d'Air Transat Toronto-Istanbul avec escale à Montréal.

Son avocat, Me Yves Gratton, n'a pas l'intention de procéder aujourd'hui avec l'enquête sur remise en liberté. Son client a été rencontré par les services d'urgence psychosociale, et il pense demander à la Cour une évaluation à l'Institut Philippe-Pinel, un hôpital psychiatrique, avant de poursuivre toute procédure.

Au décollage, Akkaya a refusé de s'asseoir et aurait dit à l'agent de bord : « You will hear a bang bang and everybody here gonna die (Vous allez entendre un bang bang et et tout le monde va mourir) ».

L'homme devra faire face à quatre chefs d'accusation : incitation à faire craindre des activités terroristes, voies de fait, harcèlement criminel et menaces de mort ou dans le but de causer des lésions. On ignore toutefois la nature exacte des menaces d'Akkaya.

La Couronne s'est opposée à sa remise en liberté, et il devait comparaître de nouveau mardi matin pour son enquête sur remise en liberté.

Dogan Akkaya habite à Toronto depuis neuf ans. Ses parents, qui habitent en Turquie, et lui-même sont citoyens canadiens.

Il n'avait pas résisté à son arrestation dimanche soir, et l'Airbus A-330 transportant 316 passagers avait pu repartir vers la Turquie peu après l'incident.

PLUS:rc