NOUVELLES

Fracturation par gaz à Anticosti : le titre de Pétrolia bondit

26/08/2013 01:27 EDT | Actualisé 26/10/2013 05:12 EDT
Flickr: JustinPoulsen

L'action du groupe pétrolier québécois Pétrolia (V.PEA) a bondi de 13 % lundi à l'ouverture des marchés, après l'annonce qu'il allait tester la technique de fracturation au gel de propane à l'île d'Anticosti pour tenter d'y extraire le pétrole.

Le titre de la société, détenue à 10,4 % par le gouvernement québécois, s'est ensuite stabilisé, affichant une hausse de 8,6 % en mi-journée, à la Bourse de Toronto.

Le PDG de Pétrolia, André Proulx, a expliqué le week-end dernier que les tests effectués en laboratoire laissent croire que la technique au gaz liquéfié serait plus efficace que la fracturation hydraulique sur l'île d'Anticosti, en raison du type de roche présente dans le sous-sol.

M. Proulx dit vouloir amorcer les tests de fracturation à Anticosti au printemps prochain. Il ajoute que la technique permettrait d'éviter que des eaux usées soient rejetées après la fracturation. Sans compter que le gaz naturel produit, principalement du méthane, serait récupéré, puis vendu.

Cela éviterait de devoir bâtir des infrastructures de décontamination des boues de forage, comme c'est le cas avec la fracturation hydraulique pour les gaz de schiste, poursuit M. Proulx.

Toutefois, l'opération risque d'être plus compliquée qu'il ne paraît, selon Marc Durand, docteur en géologie. « Pour sortir le gaz de l'île, il faut un port méthanier. Ça, ça coûte 1 milliard », estime-t-il.

M. Durand croit que l'option la plus réaliste serait de brûler le méthane qui s'échappe lors de la fracturation, causant ainsi des dommages à l'environnement.

Pétrolia devra de plus avoir l'aval de Québec, car contrairement au forage, la fracturation sur l'île d'Anticosti n'est pas permise sans évaluation environnementale.

L'entreprise table sur une mise en exploitation en 2016.

Les réserves de pétrole non conventionnel du sous-sol de l'île d'Anticosti sont estimées à 40 milliards de barils de brut, d'après les entreprises qui ont des permis de forage.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


INOLTRE SU HUFFPOST

Fracturation hydraulique: les pour et les contre