NOUVELLES

Harcèlement sexuel: la GRC veut-elle faire taire Catherine Galliford?

24/08/2013 11:09 EDT | Actualisé 25/10/2013 05:12 EDT
CP

VANCOUVER - Une policière de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ayant porté plainte pour harcèlement sexuel au travail a affirmé samedi que son employeur tentait de la congédier.

La caporale Catherine Galliford a soutenu avoir reçu une lettre disant que la GRC souhaitait la licencier parce qu'elle est incapable de faire son travail.

Mme Galliford, qui a intenté une poursuite civile contre le corps policier pour intimidation et agression sexuelle, est en congé de maladie depuis 2006.

L'agente, qui a agi comme porte-parole de la GRC lors de l'affaire Robert Pickton et de l'explosion du vol 182 d'Air India, a indiqué que le processus de mise à pied devrait impliquer une audience devant un comité médical.

Selon Catherine Galliford, d'autres policiers de la GRC s'étant plaints d'avoir été victimes d'harcèlement dans l'exercice de leurs fonctions ont aussi reçu des lettres similaires.

La GRC n'a pas immédiatement réagi aux déclarations de Mme Galliford. Dans un communiqué publié l'an dernier, le corps policier avait toutefois démenti les allégations de l'agente.

Ces allégations n'ont pas été prouvées en cour.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les uniformes de la GRC