Bradley Manning condamné à 35 ans de prison

Publication: Mis à jour:

FORT MEADE - Bradley Manning, le soldat américain reconnu coupable de la plus grande fuite de documents secrets de l'histoire des États-Unis, s'est vu infliger une peine de 35 ans de prison, mercredi par une cour martiale.

Après plus de deux mois de procès, la juge militaire Denise Lind a en outre décidé son renvoi de l'armée pour "déshonneur", notamment pour des faits d'espionnage, de fraude et de vol de quelque 700 0000 documents diplomatiques et militaires confidentiels, transmis au site WikiLeaks.

Le procureur militaire Joe Morrow réclame une peine de 60 ans de prison contre le soldat Manning, afin « d'envoyer un message à tous les soldats qui envisageraient de voler des informations classifiées ». Il souhaite aussi qu'on lui impose une amende de 100 000 $.

Son avocat David Combs, propose plutôt une peine de 25 ans à la juge Lind, afin que Manning ait la « possibilité de vivre ». Il a décrit son client comme un « humaniste », « très intelligent », « naïf certainement, mais bien intentionné ».

Quoi qu'il en soit, la juge a précisé lors d'une courte audience de cinq minutes, mardi que Manning bénéficierait d'une remise de peine de 1293 jours de remise de peine, soit près de trois ans et demi, en raison du temps qu'il a passé en détention préventive.

Les excuses de Manning

L'ex-agent du renseignement s'est excusé il y a une semaine « pour avoir fait du mal à des gens » et « aux États-Unis ». Lors d'une audience destinée à fixer sa peine, il a ajouté : « Je m'excuse pour le résultat inattendu de mes actes. Les trois dernières années m'ont beaucoup appris ».

« J'aurais dû me battre davantage à l'intérieur du système. Malheureusement, je ne peux pas revenir en arrière et changer les choses », a-t-il ajouté. « Je comprends que je dois payer le prix de mes décisions ».

Lors du procès, les avocats de Manning ont convoqué à la barre un psychologue de l'armée qui a soutenu que le soldat avait été exposé à un stress intense et s'était senti isolé au sein de l'institution militaire en raison de son identité sexuelle confuse.

À l'époque des faits qui lui sont reprochés, il était interdit d'afficher son homosexualité au sein de l'armée américaine.

La fuite orchestrée par Manning, la plus importante du genre dans l'histoire américaine, a fortement ébranlé l'appareil diplomatique de la première puissance mondiale. Elle a en outre contribué à braquer les projecteurs sur le fondateur de Wikileaks, Julian Assange.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.