NEWCASTLE, Ont. - Un voisinage ontarien se rassemble autour de la famille d'un garçon autiste de 13 ans, après que sa grand-mère eut reçu une lettre anonyme lui disant de quitter le quartier ou de faire euthanasier l'enfant.

Brenda Millson, de Newcastle, en Ontario, dit avoir été choquée en lisant la missive, arrivée vendredi par la poste.

L'auteure de la lettre d'une page tapée à la machine affirme être une mère vivant dans le quartier, et est irritée par les bruits produits par le petit-fils de Mme Millson, Max, lorsqu'il se trouve à l'extérieur.

La missive se poursuit en disant que la «pollution sonore» du garçon effrayait les «enfants normaux» de l'auteure.

On retrouve également, dans le texte, une déclaration voulant qu'«il est un fardeau pour tout le monde, et ce sera toujours ainsi», et qu'il fallait «effectuer le bon choix et déménager ou le faire euthanasier».

Mme Millson dit avoir immédiatement contacté la police.

Elle précise que Max vit avec ses parents et un frère plus âgé à Oshawa, en Ontario, et qu'il lui a rendu visite à Newcastle.

La police régionale de Durham a dit faire enquête depuis vendredi, et que la lettre était prise au sérieux.

La mère de Max, Karla Begley, âgée de 44 ans et clouée dans un fauteuil roulant parce qu'elle souffre de sclérose en plaques, a mentionné que la police lui avait dit n'avoir jamais vu une lettre «aussi honteuse».

Dimanche soir, au moins 120 personnes ont attendu à l'extérieur de la maison pendant plus d'une heure afin de démontrer leur appui à la famille, a dit Mme Begley. Des familles comptant des enfants autistes ont pris la route depuis Oshawa pour manifester leur solidarité.

À lire aussi: La lettre ciblant un jeune autiste n'est pas un crime haineux, dit la police

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


Loading Slideshow...
  • Leur poser les bonnes questions

    Essayez de formuler les demandes d’une manière qui les pousse à vous en dire un peu plus. Par exemple, «Avec qui as-tu joué à la récréation aujourd’hui?»

  • Passer du temps ensemble

    Le meilleur moment pour leur poser des questions, c’est peut-être lorsque vous faites des activités ensemble, par exemple durant une marche ou lorsque vous faites un bricolage.

  • Demander aux enfants de tenir un journal

    Les enfants plus vieux aimeront peut-être avoir un cahier où ils pourront écrire quelques lignes chaque jour sur leur temps passé à l’école.

  • En faire un jeu

    Par exemple, vous pouvez leur raconter trois anecdotes de votre journée, incluant une qui est fausse. Les enfants doivent deviner laquelle, puis faire de même.

  • Faire de l’écoute active

    Soyez à l’affût de petits commentaires que vos enfants pourraient faire ici et là, sur les enseignants ou d'autres élèves. Il pourrait s’agir là d’un point de départ pour une conversation.