NOUVELLES
18/08/2013 08:45 EDT | Actualisé 18/10/2013 05:12 EDT

NSA: le conjoint d'un journaliste au coeur de l'affaire Snowden détenu à Londres

Photo by The Guardian via Getty Images

LONDRES - Le conjoint d'un journaliste ayant eu accès à des documents secrets coulés par l'ancien consultant de la National Security Agency (NSA) Edward Snowden a été détenu pendant près de neuf heures, dimanche, à l'aéroport Heathrow de Londres, en vertu d'une loi antiterroriste.

L'affaire a suscité des accusations selon lesquelles les autorités tentent d'interférer dans le travail des médias dans ce dossier.

David Miranda, le conjoint du journaliste du «Guardian» Gleen Greenwald, a été détenu pendant pratiquement la plus longue période de temps possible durant laquelle les autorités peuvent placer une personne en garde à vue en vertu de la Loi sur le terrorisme. Celle-ci autorise les agences de sécurité à arrêter et à interroger des gens aux frontières. M. Greenwald affirme que le téléphone, les ordinateurs portables et les clés USB de M. Miranda ont été confisqués.

Dans un billet publié sur le site web du «Guardian», le journaliste parle d'une «escalade des attaques» contre le travail médiatique et le journalisme. Il est allé jusqu'à qualifier de despotique le fait de détenir les proches des journalistes.

M. Greenwald est l'auteur d'une série d'articles sur les programmes de surveillance de la NSA, qui s'appuient sur des dossiers remis par M. Snowden. L'ancien consultant a fui les États-Unis et se trouve désormais en Russie, où il a obtenu l'asile temporaire.

M. Miranda, âgé de 28 ans, revenait chez lui au Brésil en provenance de l'Allemagne, où il se trouvait avec Laura Poitras, une réalisatrice américaine qui a travaillé avec M. Greenwald sur l'histoire de la NSA, précise M. Greenwald dans son texte. Il a également indiqué que les autorités britanniques n'avaient «aucun soupçon» quant à la possibilité que M. Miranda soit lié à un groupe terroriste, et qu'elles l'ont plutôt interrogé à propos des articles sur la NSA, et sur le contenu de l'équipement électronique qu'il transportait.

La police londonienne a admis avoir détenu un homme de 28 ans de 8 h 05 à 17 h, sans l'arrêter.

Le gouvernement brésilien s'est dit «grandement préoccupé» par la détention de M. Miranda.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


INOLTRE SU HUFFPOST

Les détournements de l'affaire PRISM