DIVERTISSEMENT
15/08/2013 01:39 EDT | Actualisé 21/08/2013 10:56 EDT

Jobs, Kick-Ass 2, Paranoïa...Les films à l'affiche, semaine du 16 août 2013 (VIDÉOS/PHOTOS)

Open Road

Place au cinéma!

Voici les résumés et critiques des nouveaux films dans les salles du Québec cette semaine.

Les films à l'affiche, semaine du 16 août 2013

Pour consulter l'horaire des cinémas de votre région, visitez Cinoche, partenaire du Huffington Post Québec.

4 SOLDATS, LES (4)

Canada. 2013. 83 min.

Drame de Robert Morin avec Camille Mongeau, Christian de la Cortina, Antoine Bertrand, Aliocha Schneider, Antoine L'Écuyer, Gaston Caron, Rémy Ouellet.

Une guerre civile a ravagé le pays, désormais divisé en deux camps: la société des possédants, enclavée dans les forteresses urbaines et soutenue par l'armée, et les troupes rebelles, issues de la misère et disséminées dans les campagnes. Orpheline de guerre, Dominique a été recueillie par une de ces troupes. Depuis des jours, des mois, elle marche en compagnie de Matéo, un leader naturel qui l'a prise sous son aile. Lorsque leur bataillon est forcé de camper dans un bois pour une durée indéterminée, les deux complices récemment flanqués de Grox Max, un colosse sans cervelle, invitent Kevin, un compagnon rebelle, à construire avec eux un abri. Au fil d'un hiver qui se transforme en printemps, les quatre amis en viennent à former une famille, soudée par la peur de retourner au combat et la découverte miraculeuse d'un étang sauvage où ils se réfugient à tous les après-midis. Mais leurs liens se resserrent encore davantage lorsque leur chef leur confie l'entraînement et la tutelle de Gabriel, un adolescent équipé d'un calepin dans lequel il note toutes ses pensées.

Tout entière dédiée à la vision maussade et défaitiste du cinéaste, cette oeuvre moderne et minimaliste donne peu de prise aux spectateurs. Du moins au début. Se dégage dans la seconde partie un univers fascinant, codifié, qui nous ramène aux valeurs fondamentales: l'innocence, la pureté, etc. L'interprétation est dans le ton brechtien voulu.

ASSOCIES CONTRE LE CRIME... (5)

France. 2012. 104 min.

Comédie policière de Pascal Thomas avec Catherine Frot, André Dussollier, Linh-Dan Pham, Nicolas Marié, Agathe de la Boulaye, Éric Naggar, Bernard Verley.

Alors que son mari, Bélisaire Beresford, fait la promotion de son nouveau livre "Missions secrètes", Prudence s'ennuie. Pire, elle déprime. Heureusement, sur les conseils d'un ami, elle décide de se reprendre en main et d'ouvrir une agence de détectives à Genève. Rapidement, elle trouve sa première affaire lorsqu'un homme sur le point de se marier avec l'héritière d'un magnat du pétrole russe l'engage pour retrouver sa promise disparue. Entraînant Bélisaire dans son enquête, Prudence s'intéresse de plus en plus aux agissements bien mystérieux des patients et du personnel de la clinique Phoenix, un établissement spécialisé en chirurgie esthétique et en technologies de rajeunissement. C'est là d'ailleurs qu'elle renifle la piste qui la mènera sur les traces d'un mystérieux savant, lui aussi disparu, qui prétendait détenir le secret de la jeunesse éternelle.

Il manque à cette troisième incursion dans l'univers décalé du couple d'espions imaginé par Agatha Christie la fraîcheur loufoque et la frénésie qui faisaient le charme de MON PETIT DOIGT M'A DIT et LE CRIME EST NOTRE AFFAIRE. En effet, le récit, lâche et aux rebondissements incongrus, est mis en scène sans fantaisie. Même Frot et Dussollier semblent ne pas y croire.

BOULE & BILL (5)

France. 2013. 82 min.

Comédie de Alexandre Charlot et Franck Magnier avec Franck Dubosc, Marina Foïs, Charles Crombez, Nicolas Vaude, Lionel Abelanski, Claire Lombard.

France, 1976. Défiant son père avec la complicité de sa mère, le petit Boule fait l'acquisition d'un cocker, roux comme lui. Baptisé Bill, le chien a tôt fait de mettre sens dessus dessous le paisible pavillon de banlieue, au grand dam du papa de Boule, dessinateur industriel dénué de patience. La situation s'aggrave lorsque ce dernier, appâté par une promesse de promotion, accepte un poste à Paris. La petite famille emménage alors dans un immeuble de béton à quelques kilomètres de la capitale. Or, les jappements de Bill perturbent le voisin dépressif du dessous, ainsi que les cours de piano à domicile donnés par la mère de Boule. Afin de pouvoir travailler en paix, celle-ci confie à Bill la garde de Caroline, la petite tortue de la famille tombée follement amoureuse de lui. Mais à la suite d'une énième gaffe commise par le chien, les parents de Boule, au bord de la crise conjugale, décident de le donner. Apprenant la nouvelle, le gamin fugue avec l'animal en pleine nuit.

Pour raconter la genèse de l'attachante bédé créée en 1959 par Jean Roba, les coréalisateurs ont curieusement transposé l'action dans les années 1970 et conféré à leur mince récit une humeur plutôt morose. D'où un mélange déconcertant de répliques cinglantes, parfois amères, et de gags puérils, rarement hilarants. L'interprétation est néanmoins dans la note.

DRUG WAR (Du Shan) (4)

Hong-Kong. 2012. 106 min.

Drame policier de Johnnie To avec Louis Koo, Honglei Sun, Yi Huang, Michelle Ye, Li Jing.

Transporté à l'hôpital à la suite d'un accident d'auto, Timmy Choi, fournisseur-clé d'un important cartel de narcotrafiquants opérant à partir de la Chine, est aussitôt mis aux arrêts. Afin d'éviter la peine capitale, il propose à l'inspecteur de police Zhang, spécialiste de l'infiltration, de l'aider à démanteler le réseau en lui organisant des rencontres avec ses clients et supérieurs. Lorsque l'un de ces rendez-vous clandestins tourne mal, Choi se porte au secours de Zhang et lui sauve la vie in extremis. Toutefois, alors qu'elle semble en voie de réussir, l'opération policière avorte, et Choi est soupçonné à tort d'avoir coulé l'information. À son corps défendant, Zhang se résout à lui donner une autre chance.

Le Hong-Kongais Johnnie To renoue enfin avec le polar flamboyant qui a fait sa réputation (ELECTION). Son intrigue touffue, parfois tortueuse et dans les limites du genre, est fertile en scènes d'action menées rondement et portées par des interprètes énergiques. La mise en scène nerveuse et le savant habillage sonore et visuel servent bien le propos.

IN A WORLD... (4)

États-Unis. 2012. 93 min.

Comédie de Lake Bell avec Lake Bell, Fred Melamed, Demetri Martin, Michaela Watkins, Ken Marino, Rob Corddry, Eva Longoria, Geena Davis, Tig Notaro.

Carol, coach vocale un peu paumée, tente de percer dans le milieu typiquement masculin des voix off de bandes-annonces, dont son père est le roi incontesté. Lorsque ce dernier la met à la porte pour faire de la place à sa nouvelle petite amie, Carol s'installe chez sa soeur et son beau-frère, en pleine crise conjugale. Poursuivant sa quête pour décrocher un important contrat, la jeune femme affronte les pros du milieu, qui ne la prennent pas au sérieux, ainsi que son père, qui tente de la faire renoncer à son rêve. Elle obtient cependant le soutien de sa soeur, ainsi que celui d'un jeune ingénieur de son qui a le béguin pour elle.

Cette comédie sympathique mais au rythme inconstant lève le voile sur une industrie dont les dessous méconnus possèdent un riche potentiel comique. La belle brochette de comédiens livrent des performances enjouées sous la direction habile de Lake Bell, qui signe ici sa première réalisation, en plus de jouer avec brio l'héroïne à côté de ses pompes.

JOBS (5)

États-Unis. 2013. 129 min.

Drame biographique de Joshua Michael Stern avec Ashton Kutcher, Josh Gad, Dermot Mulroney, Lukas Haas, Matthew Modine, J.K. Simmons, Lesley Ann Warren, John Getz, James Woods.

Portland, Oregon, 1973. Steve Jobs, 18 ans, quitte l'université Reed, où il s'ennuie prodigieusement, et part à l'aventure en Inde avec son meilleur ami, Daniel Kottke. À son retour, il travaille comme technicien chez Atari, où une prime à la performance lui permet de se lancer en affaires. Avec un autre ami, Steve Wozniak, il crée et met en marché ce qui deviendra, en 1976, le tout premier ordinateur Apple, ainsi que la pierre de fondation d'un empire. Épaulé par l'investisseur Mike Markkula, le jeune homme d'affaires dirige d'une main de fer l'entreprise, qui rapidement grossit et fait son entrée en bourse en 1980. Mais durant les années suivantes, les coûts de développements faramineux que Jobs engloutit dans la conception des futurs modèles sèment la discorde dans les rangs et l'inquiétude au sein du conseil d'administration. Le premier règne de Steve Jobs à la tête de Apple prend fin en 1985.

Ashton Kutscher n'était pas l'homme de la situation. L'acteur imite bien la démarche et les tics de Steve Jobs, mais le génie et l'autorité du personnage sont absentes de sa composition. À sa décharge, le portrait superficiel brossé par le réalisateur de SWING VOTE manque aussi de netteté et sa réalisation, de style. Un comble étant donné le sujet.

KICK-ASS 2 (4)

États-Unis. 2013. 103 min.

Comédie de Jeff Wadlow avec Aaron Taylor-Johnson, Chloë Grace Moretz, Christopher Mintz-Plasse, Jim Carrey, Lyndsy Fonseca, John Leguizamo.

Dave Lizewski alias Kick-Ass, super-héros sans pouvoir, joint les rangs d'une nouvelle association de justiciers improvisés dirigée par l'imposant Colonel Stars et Stripes. Sa complice Mindy Macready, alias Hit-Girl, a pour sa part dû renoncer à ce jeu à la demande de son tuteur et meilleur ami de son défunt père, le détective Marcus Williams. Or, Chris D'Amico, auparavant connu sous le nom de Red Mist, a juré de faire payer Kick-Ass et Hit-Girl pour la mort de son père, le dangereux trafiquant de drogue Frank D'Amico. À cette fin, il fonde sa propre association de super-vilains et s'invente un nouvel avatar terrifiant: Mother Fucker. Devant la menace qui pèse sur eux, Dave n'a d'autre choix que d'appeler Mindy à la rescousse.

Cette suite satisfaisante d'une adaptation d'une bédé culte offre le même cocktail audacieux d'humour outrancier, de violence graphique et d'énergie formelle, qui faisait la marque du premier volet. Aux côtés de l'attachant Aaron Taylor-Johnson et de la fougueuse Chloë Grace Moretz, Christopher Mintz-Plasse s'impose dans toutes ses scènes.

LEE DANIELS' THE BUTLER (5)

États-Unis. 2013. 132 min.

Drame biographique de Lee Daniels avec Forest Whitaker, Oprah Winfrey, David Oyelowo, Cuba Gooding Jr., Yaya Alafia, Terrence Howard, James Marsden, John Cusack, Alan Rickman, Liev Schreiber, Robin Williams.

En 1926, sur une plantation de coton en Géorgie, un gamin afro-américain, Cecil Gaines, assiste impuissant au viol de sa mère puis au meurtre de son père par le fils de la propriétaire. Prenant l'orphelin en pitié, cette dernière l'arrache à son travail dans les champs pour en faire un petit serviteur des maîtres blancs. À l'adolescence, Cecil quitte la plantation puis trouve un emploi dans un hôtel de la Caroline-du-Nord. En 1957, l'homme marié et père de deux fils, qui travaille à l'hôtel Excelsior de Washington, est remarqué par un haut fonctionnaire du président Truman, qui lui confie un poste de majordome à la Maison-Blanche. Sa dévotion et sa discrétion exemplaire ne sont toutefois pas du goût de son fils aîné, qui milite activement pour les droits civiques des Noirs. De son côté, son cadet se porte volontaire pour aller combattre au Vietnam.

Le réalisateur de PRECIOUS et THE PAPERBOY tenait là un sujet porteur, tiré d'un article du Washington Post. Hélas, le rendu à l'écran tient à la fois du pensum sur l'histoire des droits civiques et du biopic schématique. Si bien que l'ensemble apparaît peu incarné et très conventionnel dans sa forme. Les interprètes ne sont toutefois pas en cause.

MUSSELS IN LOVE

Pays-Bas. 2012. 74 min.

Documentaire de Willemiek Kluijfhout.

Portrait intime et humoristique de la moule Zeeland, un mollusque unique très prisé des gastronomes du monde entier, dépeint ici comme un objet d'art abstrait.

PARANOÏA (Paranoia)

États-Unis. 2013. 106 min.

Thriller de Robert Luketic avec Liam Hemsworth, Harrison Ford, Gary Oldman, Amber Heard, Embeth Davidtz, Julian McMahon, Richard Dreyfuss, Lucas Till, Josh Holloway.

Pris en flagrant délit de détournement de fonds par son patron qui venait de le congédier sans motif valable, un jeune technicien en télécommunications doit choisir entre aller en prison ou inflitrer en tant qu'espion une firme concurrente.

SPECTACULAR NOW, THE (3)

États-Unis. 2012. 99 min.

Comédie dramatique de James Ponsoldt avec Miles Teller, Shailene Woodley, Brie Larson, Masam Holden, Dayo Okeniyi, Kyle Chandler, Jennifer Jason Leigh, Mary Elizabeth Winstead.

À son école secondaire d'Athens, en Géorgie, Sutter Keely est le genre d'élève que tout le monde aime. Insouciant, léger et plein d'humour, il est de toutes les fêtes. Même lorsque sa petite amie le quitte, Sutter ne laisse rien transparaître de sa tristesse. Au lendemain d'une nuit de beuverie, il se réveille sur la pelouse d'Aimee Finecky, une compagne de classe singulière et indépendante, amoureuse des livres et de science-fiction. Alors qu'a priori rien ne les rapproche, Aimee et Sutter commencent à se fréquenter. Elle l'aide en géométrie, il l'initie au whisky. Au fil de leurs rencontres, Sutter découvre qu'Aimee a été, comme lui, élevée par une mère célibataire. Apprenant que le père de Sutter est aux abonnés absents, Aimee l'incite à renouer avec lui.

À la fois tendre et cruelle, douce et amère, avec un bel équilibre entre légèreté et profondeur, cette chronique originale profite encore de la mise en scène d'un naturalisme saisissant de James Ponsoldt (SMASHED), ainsi que de l'interprétation, attachante et sincère, de ses deux jeunes acteurs récompensés à Sundance, Miles Teller et Shailene Woodley.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.