DIVERTISSEMENT
14/08/2013 08:39 EDT | Actualisé 14/10/2013 05:12 EDT

Cancer du sein : Angèle Dubeau est guérie

« Je vais très bien. Je dirais même que je pète le feu! » C’est avec ces mots, et un rayonnant sourire accroché aux lèvres, qu’Angèle Dubeau a ouvert la conférence de presse du dévoilement de la programmation de la 15e Fête de la Musique de Tremblant, mardi. Celle qui annonçait en février dernier devoir reporter des concerts afin de se battre contre un cancer du sein s’apprête à reprendre le violon et l’archet, à son plus grand bonheur.

« C’est complètement derrière moi, a-t-elle plus tard précisé, en entrevue. Quand on a eu le cancer, est-ce qu’on peut dire qu’on est totalement guéri? Je ne sais pas, mais moi, je me sens guérie ! La chirurgie et les traitements sont derrière moi, et je suis en pleine forme! »

À LIRE AUSSI

15e Fête de la Musique de Tremblant : anniversaire sobre, mais riche

La musicienne a admis avoir subi un grand choc lorsque le diagnostic de cancer a été posé.

« Quand on me l’a dit, je ne le croyais pas, a-t-elle raconté. Je n’avais jamais eu de signe, je n’avais pas l’air malade du tout… D’ailleurs, quand j’arrivais à l’hôpital, on me demandait si j’accompagnais quelqu’un, et je répondais que j’étais bien là pour moi-même. Je suis de cette nature. »

« Mais il faut dire que la maladie a été soignée à temps, a enchainé Angèle. Je ne veux pas banaliser le cancer, loin de là! Et j’ai passé un mauvais quart d’heure. Ce que j’ai dû traverser n’était pas drôle. Mais aujourd’hui, quand on traite la maladie à temps, avec la science et les technologies qu’on a développées, on passe à travers. »

Passionnée par son métier, fidèle dans ses engagements, Angèle Dubeau a aussi trouvé difficile de modifier son calendrier professionnel et de s’accorder une pause, le temps de se refaire des forces et de retrouver la santé.

« Au début, je me disais que ça n’avait pas de bon sens. Je ne voulais pas annuler les concerts prévus; je n’ai jamais annulé un concert de ma vie. J’ai même joué la journée où mon père est décédé! Mais là, je n’avais pas le choix. Et mon chum (François Mario Labbé, qui est aussi son gérant) m’a dit : “On ne va pas les annuler, on va les reporter”. Ça m’a soulagée. »

« En 15 jours, tous les concerts avaient déjà trouvé une nouvelle date dans la prochaine année. Et tout de suite, ça m’a enlevé une pression. Parce que moi, quand je donne ma parole, c’est comme une signature; je ne me décommande pas. Là, c’était comme une défaite pour moi… Moi, l’invincible! Ça m’a donc permis d’avoir un moment à moi. Par contre, bien que je n’aie pas fait de spectacles pendant un bout de temps, j’ai quand même joué du violon – pas au début, à cause des cicatrices -, j’ai fait beaucoup de musique, et je pense que mes trois prochains albums sont composés! »

Angèle Dubeau remontera sur scène le dimanche 1er septembre, dans le cadre de la Fête de la Musique de Tremblant (voir autre texte pour la programmation détaillée). Elle sera alors accompagnée de son ensemble féminin La Pietà, qui proposera son programme « diabolique » Violons d’enfer, avec la complicité de Mario Saint-Amand et Michel Rivard à l’écriture des textes. « Je n’aurais pu rêver d’un meilleur podium que la Fête de la Musique pour revenir après ce temps d’arrêt », a déclaré l’instigatrice du festival.