NOUVELLES
12/08/2013 03:28 EDT | Actualisé 13/08/2013 08:49 EDT

Santorin, Fira, Oia: un patrimoine grec bien conservé (PHOTOS)

Pierre-Luc Cloutier

On m’avait pourtant prévenu : « Pierre-Luc, tu vas voir, Santorin, c’est pas croyable ».

C’est effectivement « pas croyable ».

La première chose qui saisit quand on met les pieds sur cette île vedette des Cyclades, c’est la beauté du panorama. Pas de doute, les Grecs savent conserver leur patrimoine.

Les nostalgiques de Mamma Mia auront une impression de déjà vu dans la ville de Fira, en déambulant dans les rues et les nombreux escaliers qui forment une sculpture complexe au bord d’une falaise. On a l’impression de se promener dans une œuvre d’art.

Le toit d’un hôtel est la terrasse du restaurant d’en haut, dont la piscine du voisin se trouve juste au-dessus. C’est à se demander comment tout ça tient en place, à quelques mètres d’un volcan toujours bouillant (Nea Kameni). Sa dernière éruption a eu lieu en 1950.

On passe de la mer Méditerranée au sommet en empruntant les 585 marches, en téléférique, ou à dos d’âne. Si vous optez pour la dernière option, laissez votre cœur sensible en bas, car vous aurez définitivement une histoire à raconter à votre retour… Pas certain que tout ça soit très « éthique ».

Manger – manger – manger

Qu’est-ce qu’on fait en Grèce? On mange. Parce que tout est si frais et si bon. Même si la salade grecque qu’on vous sert ressemble à celles qu’on propose sur la rue Prince-Arthur, tout goute plus à Santorin. Et on ne niaise pas sur le feta! Les portions sont généreuses. Trainez-vous de la gomme… Nul n’est à l’abri d’une haleine d’oignon à Santorin!

Oia

On prononce « Ih-Ah », mais ça s’écrit Oia. Allez comprendre. C’est une petite ville située à l’extrémité nord de Santorin et qui fait courir les touristes tous les jours pour un spectacle unique : le coucher de soleil.

J’étais sceptique, ayant déjà vu le soleil se coucher au moins une couple de fois, mais c’était sans connaitre le décor et l’emplacement unique qu’offre la pointe de l’île.

Depuis Fira, comptez une vingtaine de minutes en taxi pour vous y rendre, et arrivez tôt. Il devient impossible d’avoir une place sur une terrasse plus la soirée avance. Question d’être dans le thème ‘soleil’, j’ai siroté un tequila sunrise en attendant la nuit, accompagné de beignets aux olives croquants et moelleux en même temps.

La prochaine fois, pour respecter mon budget, j’apporterai du vin de Santorini acheté en ville, et m’installerai au Fort Lontza avec un léger pique-nique, entouré des autres voyageurs de mon âge.

Au moment où la noirceur tombe, dans une ambiance de fin de concert, tous applaudissent la fin du jour, plient bagage, et vont manger dans l’une des nombreuses bonnes tables d’Oia.

INOLTRE SU HUFFPOST

Santorin, Fira, Oia: un patrimoine grec bien conservé