NOUVELLES
07/08/2013 04:24 EDT | Actualisé 07/10/2013 05:12 EDT

Loi russe sur les homosexuels: George Takei veut ramener les JO à Vancouver

Getty Images

L'acteur militant George Takei, mieux connu pour son rôle du lieutenant Sulu dans la série télévisée «Patrouille du cosmos» («Star Trek»), souhaite que les Jeux olympiques d'hiver reviennent à Vancouver plutôt que de se tenir comme prévu à Sotchi, afin de protester contre les lois russes contre les homosexuels.

Il s'agit de la plus récente vedette à se prononcer sur la controverse à propos de cette législation, et donne son appui à une pétition en ligne qui a reçu plus de 40 000 signatures.

Dans un message publié sur son blogue la semaine dernière, M. Takei note que les installations de Vancouver sont encore en bon état et que la ville constituerait la solution de rechange la plus facile.

L'acteur souligne que l'interdiction russe planant sur la «propagande» des relations sexuelles «non traditionnelles», et l'imposition de fortes amendes, violent certains principes fondamentaux du Comité international olympique (CIO). M. Takei estime qu'une telle intolérance ne serait pas acceptée si elle visait les juifs, les catholiques ou les musulmans.

Le déplacement des Jeux ne serait pas vu comme une mesure extraordinaire si ces groupes étaient victimes de discrimination, martèle le militant.

Déplacer les Jeux, dit-il, serait bien mieux qu'un boycott - l'une des options mises de l'avant par les militants.

«Un boycott des Jeux punirait les athlètes qui se sont entraînés pendant des années pour y participer, et un boycott de la vodka russe n'entraînera pas les changements nécessaires», écrit-il.

L'acteur et auteur britannique Stephen Fry a également réclamé que les Olympiques soient tenus ailleurs, demandant dans une lettre au premier ministre David Cameron et aux dirigeants du CIO de ne pas donner au président russe Vladimir Poutine «l'approbation du monde civilisé».

Pour sa part, le conseiller municipal de Vancouver Geoff Meggs a toutefois dit qu'accueillir de nouveau les Olympiques n'est pas comme «mettre des draps propres sur le lit de la chambre d'amis».

«Je peux comprendre l'intention, mais, sur un plan pratique, je ne vois pas comment cela pourrait être fait«, a-t-il laissé tomber mercredi, ajoutant que Vancouver avait eu sept ans pour planifier les Jeux de 2010 après avoir été désignée ville-hôtesse.

«Je crois que beaucoup de gens aimeraient ravoir les Jeux à Vancouver, mais c'est une question de qui paiera et de quelle façon cela pourrait être fait, et je ne crois pas que nous connaissons la réponse à l'une ou l'autre de ces questions», a-t-il dit.

Le porte-parole du CIO Mark Adams a déclaré par voie de communiqué que le comité avait «reçu l'assurance des hautes instances gouvernementales russes que la loi n'affectera pas ceux qui assistent ou participent aux Jeux».

Ces assurances de la part de la Russie contredisent néanmoins une récente annonce du ministre russe des Sports. «Si [un athlète homosexuel] sort dans les rues et se met à faire de la propagande, il sera bien sûr tenu pour responsable», avait dit Vitali Moutko lors d'une entrevue.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.




INOLTRE SU HUFFPOST

Cérémonie du 7 février 2013, une année avant l'ouverture des Jeux