NOUVELLES
07/08/2013 10:01 EDT | Actualisé 07/10/2013 05:12 EDT

L'Impact l'emporte 1-0 contre San Jose à son 1er match de la Ligue des Champions

PC

MONTRÉAL - Heureusement que Hernan Bernardello était là pour apporter un peu d'exotisme à un match qui en manquait cruellement.

À l'occasion d'un match de la Ligue des Champions de la CONCACAF qui mettait aux prises... deux clubs de la MLS, l'Argentin qui en était à son baptême de feu avec l'Impact a aidé le onze montréalais à bien entreprendre le tournoi continental, mercredi au stade Saputo, devant 15 115 spectateurs qui ont bravé la menace d'orage.

Sous une pluie battante qui a sévi pendant la majorité de la première demie, l'Impact l'a emporté 1-0 devant les Earthquakes de San Jose pour prendre les commandes d'un groupe à trois équipes qui compte aussi le C.D. Heredia, du Guatemala.

Hassoun Camara (16e) a inscrit le seul filet de la soirée en faisant dévier un coup franc tiré par Bernardello. Celui-ci a donc inscrit une passe décisive à son palmarès à sa première sortie avec le club montréalais.

Le milieu récupérateur de 27 ans s'est également fait remarquer en effectuant quelques jeux-clés en défensive, avec des dégagements et des tacles glissés opportuns, et aussi par sa capacité à garder le contrôle du ballon en situations serrées.

«L'important, c'est que l'équipe a gagné et bien joué, a commenté Bernardello en espagnol. Je m'attendais à du jeu plus physique. J'ai fait de mon mieux pour donner de bons ballons à mes coéquipiers. Je suis content que tout se soit bien déroulé, et que ça semble aller dans la bonne direction.»

«On a vu ce soir que (Bernardello) était effectivement un joueur intelligent, capable de changer le rythme d'un match, a commenté l'entraîneur-chef Marco Schällibaum. Il a donné une excellente prestation pour un premier match.»

«Bernardello a apporté sa touche à la fois technique et physique, et nous sommes restés très organisés et solidaires, a indiqué Camara en commentant la chimie entre le nouveau venu et le quatuor défensif. San Jose a de bons arguments offensifs, mais avec l'organisation et l'expérience que nous avions, nous nous en sommes très bien sortis.»

«Tout le monde se demandait comment il réagirait sur le terrain et sa réponse a été bonne, a souligné Matteo Ferrari. Il a fait de l'excellent boulot.»

Evan Bush, le gardien réserviste qui joue tous les matchs de l'Impact en dehors du championnat de la MLS, a été solide. Il a notamment bloqué un penalty pris par Alan Gordon à la 11e minute.

«Un gardien doit décider de réagir ou choisir son côté dans ce contexte. J'ai choisi mon côté et la chance m'a bien servi», a commenté le réserviste de Troy Perkins.

Tandis que les Earthquakes ont utilisé une majorité de joueurs à temps partiel — Chris Wondolowski, leur meilleur buteur, s'est amené sur le terrain à 70e minute seulement —, Schällibaum a mis de l'avant son onze type, à quelques exceptions près.

Le match a aussi signalé le retour du 4-4-2, alors que Daniele Paponi est revenu aux côtés de Marco Di Vaio à l'avant. Ceux-ci se sont toutefois contentés de quelques demi-occasions seulement.

L'Impact a appliqué de la pression en deuxième demie pour tenter de marquer une autre fois, puisque la différence de buts pourrait servir de bris d'égalité à l'issue du tournoi rotation, mais ce fut peine perdue. Schällibaum s'est consolé avec la victoire, faute d'un meilleur coussin au chapitre des buts.

«Si on gagne nos trois matchs, on aura 12 points et on terminera premier de notre groupe, alors je préfère avoir ces trois points», a noté le vétéran entraîneur.

Le onze montréalais disputera sa prochaine rencontre de la Ligue des Champions le 21 août au Guatemala, et c'est alors que l'exotisme se fera davantage sentir. Chaque équipe disputera un aller-retour contre ses deux adversaires, et l'équipe qui terminera au premier rang se qualifiera pour les quarts de finale.

La troupe de Schällibaum renouera entre-temps avec le championnat de la MLS puisqu'il rendra visite au Fire, à Chicago, ce samedi, puis recevra le DC United le samedi suivant.

Le joueur tout désigné

Bernardello, qui a permis à l'Impact d'aligner un deuxième joueur désigné sur le terrain pour la première fois depuis son entrée en MLS, s'est avéré le joueur tout désigné pour donner à l'Impact l'élan nécessaire pour bien amorcer le match. Et ce, malgré l'officiel portoricain Javier Santos, le seul autre individu présent sur le terrain à apporter un peu d'exotisme au match puisque cet arbitre de la CONCACAF venait de Porto Rico.

Santos a accordé un penalty à 10e minute, quand Collen Warner a sorti l'épaule pour stopper un coup franc. Bush a toutefois fait le bon choix en plongeant à droite pour bloquer le tir de Gordon.

Bernardello a ajouté l'insulte à l'injure quand, lors d'un coup franc tiré depuis l'aile gauche à la 16e minute, il a envoyé un lob tout en délicatesse devant le filet, que Camara dévié de la tête en surgissant dans les airs entre deux opposants.

Les Quakes n'ont obtenu leur première bonne occasion qu'à la 50e, quand la tête de Sam Garza a raté le deuxième poteau d'un mètre. Walter Martinez, lui, s'en est voulu sur son tir raté de près à la 86e.

San Jose a passé plus de temps en territoire adverse en deuxième demie qu'en première, mais ça n'a pas empêché l'Impact de chercher à accroître son avance. Le gardien visiteur David Bingham a notamment dû se signaler devant Ferrari (65e), et être alerte quand Bernardello a lancé Andres Romero vers lui (68e).