POLITIQUE
07/08/2013 03:25 EDT | Actualisé 07/08/2013 03:27 EDT

Le sénateur Mac Harb a reçu un prêt de 55 000 $ d'une société à numéro

CP

Un homme d'affaires et avocat de la région d'Ottawa qui fait affaire depuis plusieurs années avec le gouvernement fédéral, Brian Karam, a consenti un prêt de 55 000 $ au sénateur Mac Harb, a appris La Presse Canadienne.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) se penchait déjà sur les allocations de résidence réclamées par M. Harb, mais à la lumière de ces nouvelles informations, il semble que le sénateur _ ancien membre du caucus libéral _ se retrouve de nouveau dans l'eau chaude.

Le Code criminel précise que des représentants du gouvernement ne peuvent accepter d'avantages ou de bénéfices venant d'une personne qui fait affaire avec le gouvernement fédéral sans obtenir une permission écrite au préalable.

C'est en vertu de cette disposition que la GRC a ouvert une enquête sur le collègue de Mac Harb au Sénat, Mike Duffy. Le sénateur Duffy, qui ne fait plus partie du caucus conservateur, avait accepté un chèque de 90 000 $ des mains de Nigel Wright, alors chef de cabinet du premier ministre Stephen Harper, pour rembourser ses propres allocations de résidence secondaire réclamées à tort.

Le Sénat refuse de préciser si Mac Harb avait cherché à obtenir la permission ou s'il l'avait effectivement reçue avant d'accepter le prêt de M. Karam. Ni le bureau du sénateur Harb ni Brian Karam n'ont répondu aux demandes d'entrevue.

Dans un courriel, la porte-parole de la chambre haute, Annie Joannette, s'est contentée d'écrire qu'il s'agissait d'"informations privées".

La GRC s'est également montrée prudente. La porte-parole de la police fédérale, la caporale Lucy Shorey, a écrit dans un courriel que la GRC "n'était pas en position de commenter le dossier".

Selon le registre des biens, Mac Harb a accepté le 17 mai dernier un prêt de 55 000 $ offert par une société à numéros. Dans une mise à jour datant du 12 juin, le sénateur a précisé qu'il devait un montant non spécifié à la compagnie 1202864 Ontario Ltd.

L'unique propriétaire de cette compagnie est Brian Karam, selon les registres des sociétés ontariennes. Toujours d'après ces documents, il est président et directeur d'une autre société à numéro, 595799 Ontario Ltd., qui exploite un hôtel du centre-ville d'Ottawa, le Business Inn, qui loue des chambres pour de longs séjours.

Le gouvernement fédéral a accordé au Business Inn des contrats de plus de 9 millions $ depuis 2009, révèlent des documents publics. Le plus récent, d'une valeur de 1,87 million $, vient à échéance à la fin de cette année.

Il est encore difficile de déterminer comment Mac Harb et Brian Karam se connaissent. Mais une vidéo mise en ligne sur YouTube en octobre dernier montre le sénateur debout sur une scène non loin de Brian Karam, qui accepte une médaille du Jubilé de diamant de la reine.

Le porte-parole néo-démocrate en matière d'éthique, Charlie Angus, soutient que ce prêt soulève des questions auxquelles il sera nécessaire de répondre.

"Le comité d'éthique au Sénat doit expliquer s'il était au courant de cette affaire et s'il a approuvé (le versement du prêt), car lorsqu'un politicien reçoit des prêts d'une compagnie à numéro, cela soulève bien, bien des questions", a-t-il fait valoir mercredi. "Vous n'êtes pas supposé recevoir un avantage qui n'aurait pas été offert à quelqu'un d'autre."

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.




INOLTRE SU HUFFPOST

Les controverses du Sénat