Une étudiante qui dit avoir reçu une série de contraventions totalisant environ 6000 $ pendant la grève étudiante a amorcé mercredi son combat à la Cour municipale de Montréal.

Katie Nelson était au tribunal pour contester sa première contravention d'une valeur de 85 $ qui lui a été remis en août 2012 pour avoir « répandu un liquide sur le sol du domaine public » [craché dans la rue].

Sa cause a cependant été reportée puisque la validité du règlement invoqué à l'endroit où il l'a été - dans l'arrondissement de Ville-Marie - a été remise en question.

Les procureurs de la Couronne ont demandé au juge d'obtenir un délai pour effectuer des recherches et fixé la date de la prochaine audience au 9 novembre.

L'étudiante en philosophie à l'Université Concordia espère profiter de ce délai pour trouver un avocat. Mais entre-temps, les dates de comparution s'accumulent sur son calendrier.

Elle doit d'ailleurs comparaître mercredi soir pour contester deux autres contraventions d'une valeur totale de 542 $, puis le 23 août, pour s'opposer à l'imposition d'une autre contravention.

Katie Nelson se dit convaincue d'avoir été victime de profilage en raison de son implication sociale.

La jeune femme fait partie des centaines de personnes qui ont été mises à l'amende pendant la crise étudiante du printemps 2012.

Entre le 16 février et le 3 septembre 2012, 2433 arrestations ont mené à des contraventions, selon un rapport produit par l'Association des juristes progressistes (AJP), la Ligue des droits et libertés et l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ).

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Aussi sur Le HuffPost:

Loading Slideshow...
  • Deux personnes ont été arrêtées le 12 mars 2013 au centre-ville de Montréal à l'issue d'une manifestation visant à dénoncer l'indexation de 3 % des droits de scolarité annoncée par le gouvernement de Pauline Marois.