NOUVELLES

Pédophile gracié : le roi du Maroc promet une enquête

03/08/2013 08:56 EDT | Actualisé 03/10/2013 05:12 EDT

Le roi du Maroc a annoncé samedi l'ouverture d'une enquête, à la suite de la grâce royale controversée accordée à un pédophile espagnol multirécidiviste.

Qualifiant cette libération de « regrettable », Mohammed VI a assuré qu'il n'était pas au courant du dossier.

« Le roi n'a jamais été informé, de quelque manière que ce soit et à aucun moment, de la gravité des crimes abjects pour lesquels l'intéressé a été condamné », peut-on lire dans le communiqué du palais royal.

Le pédophile Daniel Galvan Fina, qui purgeait une peine de 30 années d'emprisonnement, faisait partie d'une liste de 48 prisonniers espagnols graciés par le souverain marocain à la demande du roi d'Espagne Juan Carlos lors d'une visite au Maroc le mois dernier. Daniel Galvan Fina aurait déjà quitté le Maroc.

L'affaire a viré au scandale au Maroc et des milliers de personnes ont exprimé leur colère dans plusieurs villes malgré la répression policière.

Vendredi, une manifestation s'est tenue près du parlement, où plusieurs dizaines de personnes ont été blessées après l'intervention de la police.

D'autres rassemblements ont aussi eu lieu à Tanger et Tétouan dans le nord du pays et à Agadir dans le sud.

Contrairement aux médias officiels, les réseaux sociaux se sont emballés dès le début avec des appels pour de nouveaux sit-in mardi et mercredi, à Casablanca, la capitale économique, et Rabat, la capitale.

Le ressortissant espagnol avait été condamné il y a 18 mois par la cour d'assises de Kenitra, près de Rabat, pour avoir violé des enfants âgés de 4 à 15 ans.

Le ministère marocain de la Justice du Maroc a expliqué vendredi que la grâce avait été accordée en raison de l'intérêt national du Maroc et des relations d'amitié avec l'Espagne.

PLUS:rc