NOUVELLES

Fin du boom minier en Australie

02/08/2013 06:38 EDT | Actualisé 02/10/2013 05:12 EDT

L'Australie a abaissé vendredi ses prévisions de croissance et de recettes fiscales, estimant que la fin du boom minier alimenté par la Chine affecterait les entreprises et le marché de l'emploi, dans l'une des rares économies développées à avoir échappé à la récession pendant la crise financière mondiale.

La croissance économique du pays est désormais attendue à 2,5 % pour l'année fiscale en cours qui prendra fin le 30 juin 2014, au lieu des 2,75 % estimés dans le cadre du budget présenté au mois de mai, a annoncé le ministre des Finances, Chris Bowen.

La prévision de rentrées fiscales a été révisée en baisse de 33 milliards de dollars australiens (30,5 milliards de dollars canadiens) pour les quatre années à venir, dont 9,7 milliards de baisses
d'impôts sur les sociétés, obligeant le gouvernement à chercher de nouvelles ressources fiscales et à réduire ses dépenses.

« L'Australie traverse une période de transition économique. Non pas une crise, mais une transition économique qui requiert une gestion attentive », a déclaré Chris Bowen à la presse.

« Cette transition est le résultat de l'arrivée à son terme du boom de l'investissement minier en Chine », a ajouté le ministre lors de la présentation d'un budget actualisé. Cela signifie que les secteurs non miniers de l'économie devront mener la croissance à l'avenir. »

Le déficit budgétaire pour l'année fiscale a été relevé à 30,1 milliards de dollars, contre 18 milliards auparavant. Chris Bowen prévoit un excédent de 4 milliards d'ici 2016-17.

La dette de l'État est attendue à 13 % du PIB d'ici 2014-15, soit 212 milliards de dollars, en hausse par rapport aux prévisions de mai (191,6 milliards ou 11,4 % du PIB 2014-15).

Chris Bowen prévoit aussi une hausse du chômage, à 6,25 % en 2013-14 et 2014-15, au lieu de 5,75 % annoncé en mai pour les deux années.

Ces révisions confortent les attentes des économistes d'une baisse des taux de la banque centrale australienne, à un plus bas record de 2,5 %, lors de sa réunion mensuelle du 6 août.

Reuters

PLUS:rc