DIVERTISSEMENT

Carrière internationale : Romano Orzari s'ennuie du Québec

02/08/2013 08:03 EDT | Actualisé 02/08/2013 08:05 EDT

Révélé aux Québécois grâce à la série Omerta 3 – Le dernier des hommes d’honneur, en 1999, Romano Orzari multiplie maintenant les projets un peu partout dans le monde.

Rencontré sur le tapis rouge de la première de la comédie Hot Dog, dans laquelle il tient un rôle, l’acteur a confié avoir toujours conservé un pied-à-terre à Montréal, mais il dit se déplacer aussi régulièrement au Canada, aux États-Unis et en Europe pour jouer dans des films et des émissions de télévision. Or, il ne saurait dire si sa carrière internationale est le résultat d’un choix conscient ou d’une obligation de se diversifier en raison de la rareté des contrats dans la Belle Province.

LIRE AUSSI:

Tapis rouge de Hot Dog : comédie bien garnie (VIDÉO)

« Très bonne question, a-t-il laissé tomber, visiblement dérouté par celle-ci. Je suis toujours fier de revenir au Québec. La loyauté des fans, ici, est vraiment super. Je suis fier de ça, c’est touchant. Chaque fois que j’ai la chance et l’opportunité de revenir ici, j’en profite, simplement pour redonner au public. Et je ne dis pas ça comme une niaiserie. C’est la vérité, ça vient du fond de mon cœur!»

Ces dernières années, on a pu voir Romano sur nos écrans dans L’appât, en 2010, 3 saisons, en 2009, et Un homme mort, à TVA, en 2007. Dans les prochains mois, il sera la vedette de trois long-métrages tournés dans la langue de Shakespeare, The Colony, White House Down (avec Channing Tatum et Jamie Foxx) et Gilbratar, et interprétera le personnage principal de la série 24 Hour Rental, qui, le promet-il, devrait étonner.

«Ce sera incroyable, a fait miroiter l’artiste. Les gens n’en reviendront pas!»

Étroite complicité

Dans Hot Dog, Romano Orzari emprunte les traits d’un sympathisant de la mafia et partage plusieurs scènes avec Dino Tavarone, un ami de longue date, qu’il a justement connu lors du tournage d’Omerta. Les deux hommes se sont par la suite souvent côtoyés dans des contextes professionnels et ont développé une inébranlable complicité.

«Dino et moi, on a une histoire, a expliqué Romano. Et quand tu as une chimie comme celle-là, sur un plateau, ça donne de la magie. Il nous est arrivé d’improviser en italien quand on travaillait ensemble. C’est toujours magique d’être avec lui.»

Romano Orzari a aussi éprouvé un gros coup de cœur pour Marc-André Lavoie, le réalisateur du film, dont il parle avec énormément d’affection.

«J’ai reçu un appel et on m’offrait le rôle directement, a-t-il raconté. La seule chose que j’ai demandée, c’a été de rencontrer le réalisateur. Je me suis présenté chez lui, il m’a fait un très bon expresso… (rires) Marc-André savait ce qu’il voulait, et j’étais très à l’aise avec ça.»

Hot Dog prendra l’affiche le 9 août prochain.