NOUVELLES

Les députés uruguayens approuvent la légalisation du cannabis

01/08/2013 08:31 EDT | Actualisé 01/10/2013 05:12 EDT

La légalisation de la marijuana a franchi une étape importante en Uruguay après l'approbation, par la Chambre des députés, d'un projet de loi qui légalise la possession et le commerce de la marijuana dans le pays.

Le texte a été approuvé par 50 voix contre 46 après 14 heures de débats. C'est le vote du parti au pouvoir Frente Amplio, majoritaire dans les deux chambres, qui a fait pencher la balance lors du vote tenu dans la nuit de mercredi à jeudi.

Le projet de loi devra cependant être ratifié par le Sénat avant d'être promulgué. Si le processus législatif se déroule normalement, l'Uruguay deviendra le premier pays du monde où la vente et la production de cannabis seront contrôlées par l'État.

Il faut savoir qu'actuellement, la consommation de cannabis n'est pas reconnue comme un acte criminel en Uruguay, le commerce et le trafic de cette drogue le sont cependant.

Selon les termes du projet de loi, l'État uruguayen assumerait « le contrôle et la régulation de l'importation, l'exportation, la plantation, la culture, la récolte, la production, l'acquisition, le stockage, la commercialisation et la distribution du cannabis et de ses dérivés ».

Si la loi est adoptée, chaque Urugayen inscrit au registre des consommateurs aura le droit d'acheter jusqu'à 40 grammes de cannabis par mois dans les pharmacies autorisées.

La culture privée de cannabis sera aussi permise jusqu'à un maximum de six plants par consommateur inscrits au registre.

Légaliser pour mieux combattre la drogue

Le but de cette loi, selon le gouvernement uruguayen, n'est pas d'engranger des profits liés à la vente de drogue, mais plutôt de tenter d'en « minimiser les risques et réduire les dommages de l'usage du cannabis ».

Selon le député du parti au pouvoir, Sebastian Sabini, le principe consiste à éloigner les consommateurs de cannabis des réseaux mafieux et à lutter contre le trafic de drogue « qui finance le crime organisé et des activités illicites comme la traite de personnes, la vente d'armes ou le blanchiment d'argent ».

Selon le Conseil national des drogues, l'Uruguay compte environ 120 000 consommateurs de cannabis, dont environ 20 000 consommateurs quotidiens. Le tout pour une population de 3,2 millions d'habitants.

Un projet deloi controversé

Toujours selon le Conseil national des drogues, le commerce illicite de cannabis rapporte chaque année près de 40 millions de dollars sur le marché noir.

L'adoption de cette loi ne fait toutefois pas l'unanimité. Selon un récent sondage effectué dans le pays, 62 % des Uruguayens sont opposés à l'adoption de cette loi.

PLUS:rc