NOUVELLES

L'Inde cède sa place, mais reviendrait en 2015

31/07/2013 10:56 EDT | Actualisé 30/09/2013 05:12 EDT

Le Grand Prix d'Inde sera bien absent en 2014. Bernie Ecclestone l'a confirmé, mais pourrait le réinstaller en 2015 à une autre date.

Deux obstacles causent cette situation : la taxe sur les revenus de la F1 que veut prélever le gouvernement indien (selon la durée du séjour des équipes sur le territoire indien) et la présentation automnale de l'épreuve indienne.

« La course sera bien absente en 2014, mais nous visons 2015 », a expliqué Vicky Chandhok, président de la Fédération indienne à l'agence de presse Press Trust of India.

M. Ecclestone a demandé que l'Inde fasse partie du bloc des courses déjà disputées en Asie au printemps (Bahreïn, Malaisie, Chine). Il semble avoir obtenu satisfaction.

« La période octobre-novembre nous convient mieux avec une météo favorable, mais si les responsables de la F1 veulent que nous organisions notre course en mars, pas de problème pour nous », a affirmé Sameer Gaur, président du comité organisateur.

« Nous avons maintenant un accord pour un retour en mars 2015 », a d'ailleurs dit M. Ecclestone.

Mais un accord n'est pas pour autant une garantie. Encore faut-il que la question de cette taxe sur le revenu des pilotes se règle également. Et ce dossier paraît nettement plus compliqué, malgré les propos rassurants du porte-parole du Groupe Jaypee, qui organise la course.

« Il y a un problème de taxation que nous sommes en voie de gérer. Ce n'est pas un problème qui pourrait empêcher la tenue de la course ici », a affirmé Askar Zaidi à l'Associated Press.

Bernie Ecclestone aurait accepté de payer le montant équivalent pour assurer la présentation de la course en 2013. Mais ne veut pas payer pour l'édition de 2014.

Le patron de l'équipe Force India, Vijay Mallya, dit que le problème reste entier. Et il n'est pas tendre envers le gouvernement de son pays.

« Oui, il y a un problème avec le fisc indien, qui tend à être très difficile, a-t-il expliqué au réseau ESPN. Selon sa logique, il y a 19 courses dans la saison, dont une qui doit avoir lieu en Inde. Par conséquent, 1/19e de tous les revenus générés par la F1 doit être assujetti aux impôts indiens. Pour le fisc indien, qui est assez obtus, on ne peut pas en sortir.

« Nous avons besoin de nous asseoir autour d'une table avec eux, affirme l'homme d'affaires, et de leur dire : « Écoutez, cela fait des années que la F1 va de pays en pays et aucun pays n'a fait de telles requêtes. Alors, pourquoi vous comportez-vous comme ça? Le gouvernement indien veut d'un côté un pays moderne, industriel, à l'avant-garde, mais le comportement irrationnel du fisc va à l'encontre de cette philosophie. Il va donc falloir s'asseoir autour d'une table, et parler. »

Le calendrier de la saison 2014 sera publié en septembre.

PLUS:rc