NOUVELLES

Le nombre de victimes civiles est à la hausse en Afghanistan

31/07/2013 10:05 EDT | Actualisé 30/09/2013 05:12 EDT

Le nombre de victimes civiles en Afghanistan a augmenté de 23 % entre le 1er janvier et le 30 juin 2013, comparativement à la même période en 2012, indique un rapport de la Mission d'assistance à l'Afghanistan de l'ONU (UNAMA) publié mercredi.

Le conflit qui oppose les insurgés talibans, chassés du pouvoir en 2001, aux forces afghanes et à une coalition internationale, a fait 1319 morts et 2533 blessés parmi les civils pendant cette période.

L'ONU estime que « l'escalade » du nombre de morts et de blessés jette le doute sur la capacité des forces afghanes à assurer la sécurité du pays après le départ prévu de l'OTAN à la fin de 2014.

Les femmes et les enfants

Le rapport constate que le conflit vieux de 12 ans « frappe de plus en plus les femmes et les enfants ».

106 femmes ont été tuées pendant ces six mois et 241 ont été blessées, soit une augmentation de 61 % par rapport à 2012.

Durant la même période, 231 enfants ont été tués et 529 blessés, soit une hausse de 3  % comparativement à l'année précédente.

« L'augmentation des victimes civiles vient à rebours du déclin constaté en 2012 », note la mission onusienne, qui regrette que « le gouvernement afghan n'ait pas encore mis en œuvre les mesures concrètes à même de limiter le nombre de victimes civiles ».

Selon les données récoltées, les trois quarts des victimes (74 %) sont cependant directement liés à des attaques ou des attentats commis par les rebelles.

Le ministère afghan de l'Intérieur a d'ailleurs affirmé que les talibans utilisent les civils comme « boucliers humains ».

Les insurgés ont récemment multiplié les attaques, indique l'ONU, notamment autour des bases militaires abandonnées par les forces internationales.

Une bombe dissimulée dans un jouet

Les engins explosifs artisanaux sont à l'origine du plus grand nombre de victimes civiles (35%).

Le rapport donne l'exemple d'une bombe camouflée dans un « téléphone jouet » qui a tué une fillette de 10 ans, le 12 juin, dans la province de Nangarhar.

Un bombardement aérien a par ailleurs tué dix enfants, dont la plupart étaient des nourrissons.

Les bombes artisanales, qui constituent, à l'instar des attentats-suicides, une des armes de prédilection des rebelles talibans, ont fait 443 morts et 917 blessés dans les six premiers mois de l'année, soit un tiers de plus qu'à la même période en 2012.

La Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) a indiqué par voie de communiqué que ces chiffres illustrent « l'absence de considération des talibans pour les vies humaines » et apportent la preuve que les insurgés « ne tiennent par leur promesse de protéger les civils ».

Hausse du nombre de victimes civiles lors des combats

La mission de l'ONU s'alarme également d'une augmentation du nombre de civils tués ou blessés dans les affrontements de plus en plus fréquents entre les forces afghanes et les insurgés.

Quelque 207 civils ont ainsi été tués et 764 blessés au cours de combats en 2013, soit une hausse de 42 % par rapport à 2012.

Départ de la force internationale

La majorité des 100 000 membres de la coalition, dont les deux tiers sont américains, doit quitter progressivement l'Afghanistan d'ici la fin de 2014, au terme de la mission de combat.

Les forces de sécurité afghanes (policiers, militaires, paramilitaires) ont ainsi pris la responsabilité de la sécurité du pays à la place de la force internationale, qui se contente désormais d'une mission de soutien et de formation.

Des doutes persistent cependant quant à la capacité des militaires afghanes, moins entraînées, moins bien équipées et minées par des problèmes de désertion, à faire face aux talibans qui gagnent du terrain.

L'ONU recommande d'ailleurs à la FIAS de renforcer son soutien aux forces afghanes. Le Pentagone a aussi rappelé mardi que l'armée afghane aura besoin d'une aide continue et d'un soutien militaire jusqu'à la fin de 2014.

PLUS:rc