NOUVELLES

Cédrika Provencher... 6 ans d'espoir

31/07/2013 10:48 EDT | Actualisé 30/09/2013 05:12 EDT

Il y a six ans, la disparition de Cédrika Provencher avait bouleversé le Québec. Même sans nouvelles, ses proches n'ont jamais complètement perdu espoir. Mercredi, comme à tous les 31 juillet depuis, une journée de commémoration a été organisée à Trois-Rivières pour souligner ce triste anniversaire.

Une centaine de personnes ont participé à la dernière activité de la journée, la marche aux flambeaux, qui s'est terminée vers 22 h, au sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine. Chaque année, cette activité est majestueuse et chargée d'émotions.

De nombreux citoyens se sont aussi recueillis à l'église, à la demande de la famille.

Plus tôt dans la journée, une trentaine de personnes ont formé une chaîne humaine dans le parc Chapais de Trois-Rivières, le dernier endroit où Cédrika a été vue.

« Je trouvais ça important d'être ici, et en même temps faire de la prévention pour mes propres enfants », a dit Marilyn Thivierge, qui était sur place avec ses deux jeunes garçons.

Selon la Fondation Cédrika Provencher, il s'agit d'un symbole fort contre les kidnappeurs d'enfants. Un village français et un village grec ont aussi tenu un événement du genre mercredi. L'an dernier, la Fondation Cédrika Provencher a lancé la Journée mondiale de la prévention des enlèvements d'enfants.

« En tant que camionneur, on vérifie souvent si elle est là, si quelque chose est sur la route », a ajouté Éric Whissell.

Six ans de démarches

Cédrika Provencher, qui avait 9 ans au moment de sa disparition, a été vue pour la dernière fois le 31 juillet 2007 à 20 h 27. Elle venait d'être approchée par un homme qui disait chercher un petit chien. Des dizaines de bénévoles s'étaient relayés pour tenter de la retrouver par la suite.

Après six ans, les recherches sur le terrain pour retrouver Cédrika se font plus rares. Toutefois, d'autres efforts sont investis notamment dans la prévention.

« C'est ce que nous voulons faire de plus en plus, aller vers les enfants, les familles, les écoles », a expliqué Sylvie Dubé, la directrice générale de la Fondation Cédrika Provencher. « On veut que si jamais, quelque chose arrivait, peu importe l'endroit, si les familles ont besoin de nous, on sera là. »

En plus de mener ses propres recherches, la famille de la jeune fille a fait appel au chroniqueur judiciaire Claude Poirier, avant de solliciter l'intervention de Me Guy Bertrand. Malheureusement, toutes ces démarches sont demeurées vaines jusqu'à maintenant.

Continuer d'espérer

La famille de la jeune fille, qui serait maintenant une adolescente, demeure convaincue que le mystère entourant sa disparition sera un jour résolu.

Son grand-père, Henri Provencher, répète que toute personne ayant des informations concernant la disparition de sa petite-fille doit les transmettre aux autorités policières.

PLUS:rc