BIEN-ÊTRE

La bonne façon de procrastiner pour augmenter notre productivité

30/07/2013 02:36 EDT | Actualisé 29/09/2013 05:12 EDT
Getty

Vingt-six pour cent des Américains se qualifient volontiers de procrastinateurs. Or il y a une grande différence entre perdre son temps et prendre du temps pour soi.

Les personnes qui travaillent à fond de train ne vont pas nécessairement terminer leurs tâches plus vite. Contre toute attente, des pauses pourraient les rendre plus productives. Selon une étude publiée en 2011, des périodes de relâche aussi courtes que quelques minutes, prises à intervalles réguliers, stimulent la concentration et la créativité.

« Faire une chose de manière répétitive pendant une longue période de temps nuit à la performance », affirme le docteur Alejandro Lleras, professeur de psychologie à l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign. « Il est normal d’avoir des pensées et des préoccupations de toutes sortes durant la journée. Par conséquent, il est difficile de maintenir un haut niveau de concentration pendant une longue période de temps. Briser le rythme volontairement pour penser à autre chose permet de reprendre le travail avec une attention renouvelée. »

Selon le docteur Lleras, cette observation ne fait que confirmer ce que la communauté scientifique sait déjà à propos du cerveau humain. Le cerveau tend à minimiser les informations qui lui paraissent répétitives – comme l’odeur du pain dans une boulangerie – de manière à être plus alerte lorsque survient une odeur de brûlé ou tout autre type de menace. « En termes de survie, il est logique que les idées aient une date d’expiration. »

En tant qu’espèce, nous sommes sortis il y a belle lurette de nos cavernes et passons le plus clair de nos semaines assis dans des cubicules. Nous sommes tenus de nous concentrer sur notre travail durant de longues heures, et sommes par conséquent vulnérables aux baisses de productivité. Notre attention faiblit généralement au bout de 40 minutes.

Prendre le temps de rêvasser ou de se divertir permet d’éviter les baisses de productivité intempestives. Selon le docteur Lleras, il a été prouvé en laboratoire que quelques secondes de relâche suffisent à faire une grande différence.

Cependant, toutes les pauses n’ont pas une valeur égale. Quelques minutes consacrées au mauvais type de divertissement peuvent bousiller complètement un après-midi. (Si vous en doutez, faites une recherche de vidéos de chats dans YouTube, et essayez de minuter le temps que vous perdrez dans le cyberespace.)

Alors, quelles sont les manières de procrastiner les plus susceptibles de rehausser votre productivité? Et quelles sont les choses qui vous feront réellement perdre votre temps? Nous avons demandé au docteur Lleras quelques conseils à ce sujet.

Procrastination et productivité : ce qu’il faut savoir

Retrouvez les articles du HuffPost Art de vivre sur notre page Facebook.