NOUVELLES

Le tourisme de catastrophe peut être profitable

30/07/2013 05:01 EDT | Actualisé 28/09/2013 05:12 EDT

Les visiteurs qui se rendent dans une région touchée par une catastrophe peuvent contribuer à relancer son industrie touristique. C'est du moins l'avis de Paul Arsenault, qui est titulaire de la Chaire de recherche Transat en tourisme de l'École des sciences de la gestion de l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

Le Saguenay l'a vécu lors du déluge de 1996, alors que des milliers de touristes ont afflué dans la région en raison de l'importante couverture médiatique de la catastrophe naturelle.

La directrice générale de Tourisme Saguenay-Lac-Saint-Jean, Julie Dubord, travaillait déjà dans l'industrie touristique en 1996.

Paul Arsenault ajoute que même s'il est parfois contesté, le phénomène du tourisme de catastrophe part souvent d'un élan de solidarité et qu'il pourrait aussi profiter à Lac-Mégantic.

« Chaque situation amène malheureusement des effets pervers qui pourront être perçus négativement par la population, précise M. Arsenault. Mais il y aura eu une espèce de marketing touristique que la municipalité n'aurait pas pu se payer. »

Selon Julie Dubord, la relance touristique au Saguenay s'est accompagnée d'une remise à neuf des infrastructures au profit de la communauté.

Elle croit que l'activité touristique à Lac-Mégantic peut aussi avoir des répercussions positives si elle est prise en charge par les citoyens eux-mêmes, et non par un exploitant extérieur.

PLUS:rc