NOUVELLES

Attaque d'une prison : 250 détenus s'évadent avec des talibans

30/07/2013 04:18 EDT | Actualisé 28/09/2013 05:12 EDT

Des dizaines de talibans, déguisés en policiers, ont attaqué à l'aide de bombes et de grenades une prison pakistanaise dans la nuit de lundi à mardi à Dera Ismail Khan, près de la frontière avec l'Afghanistan, où ils ont libéré 250 détenus.

Les combats ont continué jusqu'à mardi matin, et des bruits d'explosions et de mitrailleuses étaient toujours audibles à l'aube dans la localité située dans la province de Khyber Pakhtunkhwa, où les talibans et d'autres groupes islamistes affrontent régulièrement les forces de sécurité pakistanaises.

Moyens imposants

L'assaut contre la prison témoigne des moyens d'action de plus en plus importants dont disposent les talibans pakistanais, alors que le premier ministre Nawaz Sharif, qui occupe son poste depuis le mois dernier, s'était engagé avant son élection à mener des pourparlers de paix.

Les assaillants de lundi ont d'abord interrompu l'alimentation en électricité de la prison, puis ont ouvert des brèches dans les murs à l'aide d'explosifs, avant d'attaquer le bâtiment avec des grenades et des mitrailleuses et de libérer des détenus talibans qu'ils ont appelés par leur nom.

Les insurgés ont également pris d'assaut une maison et un hôpital situés à proximité de la centrale, qui abrite environ 5000 détenus, et ont pris en otage les occupants tout en tirant sur les forces de sécurité depuis les toits.

Une prison bien protégée

Les forces de sécurité ont rapporté que les combats avaient pris fin à l'aube et qu'un couvre-feu avait été imposé sur Dera Ismail Khan.

« Nous allons enquêter sur la manière dont les militants ont pu venir de régions tribales lointaines pour s'introduire dans la prison et libérer les leurs », a-t-il ajouté.

Les talibans pakistanais ont revendiqué l'assaut et ont dit avoir envoyé un groupe de 100 combattants, accompagnés de sept kamikazes. Ils ont annoncé la libération de 250 détenus.

Les autorités locales corroborent ce chiffre et font précisément état de 253 évadés parmi lesquels 30 responsables importants de groupes islamistes armés, et six condamnés à mort.

Les détenus comprenaient notamment des membres du groupe Lashkar-e-Jhangvi, une organisation sunnite armée, à l'origine de la mort de centaines de civils chiites depuis le début de l'année.

La direction de la prison a annoncé qu'au moins douze personnes avaient été tuées pendant l'assaut, dont quatre prisonniers chiites qui ont été égorgés par des attaquants.

L'attaque a eu lieu deux jours avant un important festival chiite, à l'occasion duquel les forces pakistanaises de sécurité redoutent de nouvelles attaques.

Reuters

PLUS:rc