NOUVELLES

« Céline...une seule fois » : la magie opère

28/07/2013 01:41 EDT | Actualisé 26/09/2013 05:12 EDT

Présenté un spectacle intime et grandiose : le défi était ambitieux et risqué, mais manifestement à la mesure de la chanteuse la plus populaire au monde. Céline Dion a tenu le pari, samedi, en offrant un concert très « personnel », vibrant d'émotion, devant plus de 40 000 admirateurs, sur les plaines d'Abraham.

C'est dans un noir complet que s'est d'abord fait entendre la voix de la diva québécoise, et lorsqu'elle a eu terminé son interprétation a cappella de Ce n'était qu'un rêve, les lumières se sont enfin ouvertes sur une Céline Dion, à la fois élégante et décontractée, accompagnée d'une quinzaine de choristes et musiciens.

La scène est à l'image de l'artiste, éclatante et chic, l'éclairage remarquable et soigné, le son impeccable.

Il s'agit de l'unique concert de Céline Dion à l'extérieur de Las Vegas cet été, et par conséquent le seul au Québec, chez elle. Pour cette raison peut-être, la chanteuse avait prévu un « menu maison » : une programmation essentiellement francophone, faite de ses plus grands succès, émaillée de quelques nouveaux titres et hits anglophones.

De l'inoubliable Incognito, qui a propulsé la carrière internationale de la petite chanteuse de Charlemagne, à la chanson thème du célèbre film Titanic, My Heart Will Go On, en passant par les incontournables Je danse dans ma tête, S'il suffisait d'aimer, L'amour existe encore, J'irai où tu iras et Je sais pas, Céline Dion a enchaîné succès sur succès.

De quoi exaucer les groupies invétérées de la célèbre chanteuse, qui dans un élan de générosité a décidé, en fin de spectacle, d'offrir en primeur au public de Québec une chanson qui paraîtra sur son prochain album : Love brought me alive.

Une décharge d'émotions

Si la chanteuse impressionne par son talent et sa prestance, c'est avec une humilité et une fraîcheur presque enfantine, qu'elle s'adresse au public, qui ne manque pas, d'ailleurs, de ponctuer chacune de ses phrases par des nuées d'applaudissements.

Le spectacle, magistral, est ponctué de moments d'intimités.« Pouvez-vous croire que ça fait maintenant cinq ans? Il y a cinq ans, Eddie et Nelson [ses jumeaux] n'étaient qu'un rêve. C'est impossible pour moi de vivre longtemps sans revenir ici, à mon pays, à mes origines », a-t-elle lancé à son public fébrile et attentif.

L'artiste offre de brèves incursions dans sa vie de famille, comme cette interprétation de La mer et l'enfant appuyée d'une vidéo de la chanteuse et de ses trois garçons dans la vie quotidienne.

Une prestation aussi jalonnée par une série de coups de chapeau aux compositeurs Félix Leclerc, Jean-Pierre Ferland et Luc Plamondon, mais surtout par une pensée et un touchant hommage aux gens de Lac-Mégantic et à la mairesse de la municipalité, Colette Roy Laroche, qui assistait au spectacle en compagnie du maire Labeaume.

La magie Céline Dion a opéré du début à la toute fin. « Du rêve au miracle, il n'y a parfois qu'un petit pas, celui d'y croire. Ne jamais laisser disparaître l'enfant qui est au fond de nous. C'est le miracle que je nous souhaite ce soir », a-t-elle lancé avant d'entamer Miracle, la dernière pièce du concert.

Et c'est sur cet air et ces mots que la foule s'est soudainement illuminée : des milliers de spectateurs, munis de bracelets lumineux bleus, ont formé une vague humaine dans laquelle se dessinait un immense signe de paix : un miracle... parfaitement orchestré.

Par Noémie Larouche

PLUS:rc