NOUVELLES

Le coût de l'essence freine les ardeurs des navigateurs

26/07/2013 06:36 EDT | Actualisé 25/09/2013 05:12 EDT

L'augmentation d'environ 10 cents du litre d'essence au début des vacances de la construction ne touche pas seulement les automobilistes : les propriétaires d'embarcation de plaisance souffrent aussi du prix du pétrole plus élevé.

Et au grand dam des vacanciers qui naviguent sur les plans d'eau de la province, faire le plein est plus dispendieux dans les marinas que dans les stations-services en raison des mesures de protection nécessaires pour protéger l'écosystème maritime. :« Ça prend une protection et une gestion des produits pétroliers afin de protéger l'environnement. Alors, c'est un petit peu plus cher », explique Yves Paquette, directeur de l'Association Maritime du Québec (AMQ).

L'AMQ affirme représenter une industrie qui contribue pour une valeur de 5,88 milliards de dollars à l'économie du Québec et qui touche au-delà de 800 000 propriétaires d'embarcations.

Maurice Bouchard, qui possède une embarcation de plaisance, a constaté qu'il lui en coûte plus cher cet été pour se promener. Il cite en exemple un aller-retour entre Longueuil, où il réside, et les îles de Sorel. Pareil voyage lui coûtait auparavant environ 350 dollars en essence. « Là c'est 400 dollars », affirme-t-il. Le Longueuillois affirme qu'il ne renoncera pas à son loisir pour autant. « J'aime trop le bateau! » Il se résignera tout au plus à parcourir de moins grandes distances.

Jean Roy, du magasin Marine Daniel Masson à Longueuil, vend des embarcations tant neuves que d'occasion. Il soutient que ses affaires ne souffrent pas de la situation actuelle, du moins en ce qui a trait aux embarcations luxueuses. M. Roy affirme même qu'il en vend plus cet été. « En général, les gens qui achètent des bateaux de 100 000 $ et plus ne se posent pas de questions », résume-t-il.

D'après un reportage de Valérie-Micaela Bain

PLUS:rc