NOUVELLES

Le conflit de travail s'envenime chez Kronos

26/07/2013 01:38 EDT | Actualisé 24/09/2013 05:12 EDT

Deux colis suspects ont été trouvés à Verchères et Varennes, en Montérégie, vendredi matin, devant les résidences de deux cadres de Kronos.

Les maisons des employés de la direction et des voisins ont été évacuées et un périmètre de sécurité a été établi. Des artificiers se sont rendus sur place, ils ont scanné les colis pour constater qu'il s'agissait d'une fausse alerte. Les boîtes ne contenaient qu'un message aux personnes visées.

Dans un communiqué diffusé en après-midi, le syndicat des employés de Kronos a condamné « les actes de violence qui ont été portés à son attention ce matin concernant deux colis suspects trouvés chez des dirigeants de l'usine Kronos Canada ».

« Depuis le début du conflit, les employé-es de Kronos ont toujours manifesté leur bonne volonté pour en arriver à un règlement négocié », a affirmé Karl Berthiaume, président du syndicat. Nous n'approuvons d'aucune façon ce type de geste et sommes convaincus que l'issue à notre conflit se trouve à la table de négociations. », ajoute le communiqué.

Le 13 juin dernier, la compagnie a décrété un lock-out, après que les 320 travailleurs eurent refusé à 93 % les dernières offres patronales. Selon le syndicat, ces offres étaient inacceptables parce qu'elles auraient notamment entraîné plusieurs mises à pied en raison du recours à la sous-traitance, et la perte d'avantages sociaux majeurs.

Jeudi, le conciliateur a appelé les deux parties à se rencontrer. La rencontre aura lieu le 29 août..

L'usine de Kronos produit du dioxyde de titane, pigment de peinture.

PLUS:rc