NOUVELLES

Pétrole dans la rivière Chaudière: Environnement Québec enquêtera

26/07/2013 05:53 EDT | Actualisé 25/09/2013 05:12 EDT
AFP

Après les plaintes de citoyens invoquant la présence de pétrole dans le fond de la rivière Chaudière, le ministère de l'Environnement a confirmé la présence d'hydrocarbures le long des berges.

Jean-Marc Lachance, du ministère de l'Environnement, a indiqué vendredi que des travaux de récupération ont été amorcés et que des vérifications seront effectuées au cours des prochains jours. Les travaux, qui se font conjointement avec un entrepreneur spécialisé, devraient durer plusieurs semaines, voire même de deux à trois mois, a estimé M. Lachance sur les ondes de RDI.

Jeudi, les travaux de décontamination ont débuté sur les berges du cours d'eau entre Lac-Mégantic et Saint-Georges.

M. Lachance considère qu'Envrionnement Québec aurait probablement fini par constater la présence du pétrole dans le cours d'eau, même si les citoyens ne l'avaient pas signalé. « On commence, on a à peine débuté les travaux de récupération au niveau des berges. Nos gens ne font pas juste la berge, ils font des vérifications aussi un peu plus loin », explique-t-il.

Jusqu'à présent, 52 000 litres d'eau huileuse ont été récupérés au niveau des estacades. Quelques dizaines de poissons morts ont été repérés sur un tronçon de 90 kilomètres. Selon M. Lachance, il s'agit d'un impact « peu significatif à ce moment-ci. »

Le nettoyage éventuel de la rivière coûtera des millions de dollars, a-t-il estimé avant de prévenir qu'il est beaucoup trop tôt pour confirmer un tel pronostic.

Le pétrole qui se retrouve dans la rivière Chaudière s'est écoulé à la suite du déraillement de Lac-Mégantic.

Pas besoin de bénévoles

Alors que la Société pour vaincre la pollution voudrait que les citoyens puissent participer au nettoyage des berges, le ministère recommande de laisser cette tâche entre les mains des travailleurs spécialisés pour des raisons de « santé et sécurité. »

« Ce n'est pas pour cacher de l'information », a souligné M. Lachance, qui évoque l'exemple d'un citoyen qui s'est approché des berges jeudi et a glissé dans la rivière. « On parle de matières dangereuses, ici. »

Il affirme en outre que le ministère a réuni le « personnel nécessaire pour faire face à la situation ».

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


INOLTRE SU HUFFPOST

Explosion d'un train à Lac-Mégantic