DIVERTISSEMENT

Tournage de Furie, une comédie satirique d'Émile Gaudreault avec Stéphane Rousseau (PHOTOS)

25/07/2013 02:41 EDT | Actualisé 31/07/2013 02:36 EDT

Les médias étaient invités hier dans les murs de la Société des arts technologiques (SAT) situés sur le boulevard Saint-Laurent pour assister à la première séquence d’ouverture de Furie, le prochain film d’Émile Gaudreault. Le réalisateur du Sens de l’humour et De père en flic y tourne sa nouvelle comédie satirique mettant en scène un duo invraisemblable composé de Stéphane Rousseau et Mathieu Quesnel.

C’est connu. Tous les réalisateurs veulent la reconnaissance. Celle du public, mais surtout celle de leurs pairs. Et quand ils ne l’ont pas, on se retrouve alors avec un Marco Valois (Stéphane Rousseau), réalisateur «fictif» de films populaires québécois comme la franchise à succès Furie 1 et 2 dont les œuvres se font constamment descendre par la critique. «Il vit une dépression. Son travail se fait détruire par les journalistes. Il décide alors de prendre sa caméra pour aller réaliser un film profond. Mais en est-il vraiment capable?», se demande Mathieu Quesnel, acteur de théâtre qui signe ici son premier rôle au cinéma.

Pour changer son destin de tâcheron, le voilà donc qu’il rêve de grandeur. Mais n’est pas Bernard Émond qui veut. «Il va essayer de trouver l’inspiration auprès d’Éric, mon personnage. Je joue un jeune soldat qui revient d’Afghanistan en plein choc post-traumatique. Ensemble, on retourne dans ma ville natale afin d’aller rencontrer mes parents et mon ex-blonde sans savoir encore qu’il m’expose à des stimuli plutôt dangereux», raconte Quesnel.

Ainsi Marco Valois est prêt à tout. «C’est drôle d’interpréter quelqu’un qui veut effectivement faire un film plus profond. Pour y parvenir, il va tout risquer, jusqu'à son couple. Ses films marchent pourtant très bien aux box-offices. Toutefois, combien d’artistes ont voulu être pris au sérieux à un moment donné dans leur carrière? Tu peux regretter ton sort malgré les millions que tu amasses. Sa démarche est risible, mais elle est également compréhensible. Il veut se démarquer et plaire à l’intelligentsia. Pourtant, il comprend vite que cela ne sera pas si facile», explique Stéphane Rousseau.

«Marco Valois prend vraiment de mauvaises décisions, et plus le film avance, plus il s'éloigne de son authenticité», ajoute Émile Gaudreault. Le réalisateur et coscénariste avec Pierre-Michel Tremblay du film sait d’ailleurs de quoi il parle puisque lui-même est un habitué des grosses comédies populaires. «Mon film s’intéresse surtout à un moment difficile dans la vie d’un cinéaste. Il veut seulement être heureux. Je crois que les gens vont se retrouver dans ce sujet universel», précise-t-il.

Produit par Denise Robert et Daniel Louis, Furie est doté d’un budget de 6,5 millions de dollars. Le long métrage qui devrait sortir en salles pour l’été 2014 met en vedette Julie Le Breton, Guylaine Tremblay, Normand D’Amour, avec l’apparition remarquée de Yan England et de Caroline Dhavernas.

Tournage de «Furie» d'Émile Gaudreault