POLITIQUE

Le mauvais état des CHSLD dénoncé

24/07/2013 04:14 EDT | Actualisé 23/09/2013 05:12 EDT
Radio-Canada

L'Association québécoise des retraités des secteurs public et parapublic (AQRP) a dressé une liste de centres d'hébergement de soins de longue durée (CHSLD) où de sérieux problèmes ont été signalés depuis le début de l'année.

Lieux mal entretenus, directives manquantes, rotation élevée du personnel, présence non sécuritaire de produits dangereux et processus de plainte déficient, les lacunes dénoncées sont nombreuses.

L'association de retraités se base sur des rapports d'appréciation des CHSLD du ministère de la Santé et des Services sociaux. Elle dénombre 32 établissements fautifs, avec une concentration à Montréal, à Laval et en Montérégie.

Inaction du gouvernement

L'AQRP demande par conséquent au ministre de la Santé, Réjean Hébert, d'intervenir pour améliorer la situation dans les CHSLD, où résident 30 000 personnes.

« Pourtant, il y a des choses qui pourraient être faites simplement et qui ne coûtent pas cher. Pourquoi ne le fait-on pas? Il y a un manque de suivi quelque part », déplore Jacques René, président régional de l'AQRP de l'Outaouais.

« Ce sont des employés du ministre de la Santé qui font les visites et ça reste lettre morte, même le ministère de la Santé ne prend pas compte de leurs recommandations », poursuit-il.

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) réclame aussi des changements, notamment une augmentation du personnel dans les établissements. « Souvent, ce qu'on s'aperçoit, c'est que les gens ne sont pas assez nombreux pour travailler, donc ils passent d'un patient à l'autre très rapidement », estime Michel Quijada, président du conseil central régional de la CSN de l'Outaouais.

L'AQRP accorde toutefois une bonne note à trois établissements québécois : le Centre d'hébergement St-Jean-Eudes, à Québec, le Centre d'hébergement de Saint-Georges (Ouest), à Saint-Georges, et le CHSLD Vigi Shermont, à Sherbrooke.