BIEN-ÊTRE

Nos mauvaises habitudes alimentaires ressortent en situation de stress

24/07/2013 09:31 EDT | Actualisé 23/09/2013 05:12 EDT
Shutterstock
businessman eating junk food...

Avant un entretien d’embauche ou un examen, difficile de changer ses habitudes alimentaires. En réalité, lors de situations stressantes, nous choisissons plutôt la nourriture que nous avons l'habitude de consommer. C'est la conclusion qui ressort d'une petite étude présentée à la conférence annuelle de l'Institute of Food Technologists.

Les scientifiques ont sélectionné dans cette enquête 59 étudiants se présentant à leur examen de fin d'année à l'Université de Californie.

Lors de cette épreuve particulièrement stressante, plusieurs en-cas leur ont été proposés. Certains plutôt bons pour la santé: des noix, des fruits, des biscuits au blé complet, et d'autres qui ne font pas vraiment partie d'une alimentation saine: des biscuits très sucrés et des barres chocolatées. Les étudiants avaient ainsi le choix de grignoter ce qu'ils voulaient pendant l'épreuve afin de reprendre des forces.

Après que les étudiants aient terminé leur en-cas, on leur a demandé combien de fois par semaine ils consommaient la nourriture qu'ils avaient choisi pendant le test. Force a été alors de constater que leurs habitudes alimentaires ont pris le dessus par rapport à l'attrait de la nouveauté. Que cela soit bon ou mauvais pour la santé, les élèves ont eu plutôt tendance à sélectionner ce qu'ils mangeaient habituellement.

On n'échappe pas à sa routine

Ce constat fait manifestement écho à une précédente étude dans laquelle des étudiants retrouvaient leurs habitudes au moment de la période des examens. Période ô combien angoissante.

Publiées dans le Journal of Personality and Social Psychology, ces recherches révélaient que ces élèves se raccrochaient à leurs habitudes quand ils étaient stressées. Il s'agissait aussi bien de mauvaises (paresser devant la la télévision, grignoter des cochonneries) que de bonnes habitudes (faire de l'exercice, manger des céréales au déjeuner).

Ces résultats nous questionnent sur le moyen d'installer de nouvelles habitudes dans notre vie. Ce n'est visiblement pas sous le coup de la pression que nous sommes capables de changer notre routine. Ce qui amène Wendy Wood, la responsable de l'enquête, à s'interroger: "Pour que nous puissions changer notre comportement habituel, la question centrale est de savoir comment façonner des habitudes saines ou productives".

» Découvrez ci-dessous les mythes les plus répandus sur le stress:

9 mythes sur le stress

Et comment déstresser sans se faire violence:

7 manières de déstresser en douceur

Retrouvez les articles du HuffPost Art de vivre sur notre page Facebook.