Il fallait au moins un héraut en tunique rouge coiffé d'un tricorne pour annoncer la nouvelle. Le premier enfant de Kate et William est un garçon. 3,7kg de réjouissances pour les parents, la famille royale et toute une nation tenue en haleine par ce royal accouchement.

Kate et William ayant fait le choix de ne pas connaître le sexe de leur enfant in utero, les britanniques ont dû faire preuve de patience. George, Alexander, Henry ou encore Albert? Les parieurs devront encore attendre un peu avant de découvrir le prénom de l'arrière petit-fils de la reine Elisabeth II et c'est bien pour les époux que tout se précipite aujourd'hui.

Si les époux ont passé la nuit au Saint-Mary Hospital de Londres, la duchesse de Cambridge pourrait quitter la maternité dans la journée, comme le veut un usage particulier de la famille royale. Destination? Une nouvelle vie.

Royal ou pas lorsqu'un bébé arrive, tout change, et pas seulement pour l'avenir de la couronne britannique. Ils étaient deux, ils seront maintenant trois, et si le lieu de leur première retraite de famille n'est pas encore connu, une chose est sûre, comme pour tous les parents, ces premiers jours seront cruciaux pour la nouvelle famille.

Un équilibre à trouver

Certes, le couple princier bénéficiera d'un accompagnement médical royal, mais pour le reste, tout indique que Kate et William ont bien l'intention de prendre les choses en main.

Définitivement modernes, ils tranchent avec un passé qui voyait l'enfant confié à une toute puissante nanny. William le sait, sa mère n'avait que trop souffert de l'omniprésence de sa première nourrice, Barbara Barnes. Quant à Kate, elle a grandit très loin des ors de Buckingham. Selon Christopher Warwick, le biographe officiel de la princesse Margaret, l'enfance ordinaire de la duchesse devrait la conduire à prodiguer au royal bébé une éducation normale, aussi éloignée des rigueurs du protocole que possible.

Signe qui ne trompe pas, les jeunes mariés n'ont donc pas recruté de nanny, lui préférant une sorte de super intendante qui ne devrait s'occuper de l'enfant royal qu'à temps partiel.

Au-delà du décorum, l'implication des deux parents devrait être importante pendant ces premiers jours. Pour la psychanalyste et pédopsychiatre Myriam Sjezer, contactée par Le HuffPost, "l'arrivée d'un bébé, c'est un équilibre à trouver". Comment? Il n'existe évidemment pas de réponse universelle à cette question, mais à l'image de nombreux parents, il leur faudra certainement un peu du temps.

"Ils devront apprendre à faire connaissance et à se comprendre, découvrir ce bébé qui vient d'être mis au monde", explique la pédopsychiatre. Premier challenge? "Trouver le temps de l'intimité après un accouchement sur-médiatisé," continue-t-elle. Cela, les époux semblent l'avoir déjà compris. Né à 16h24, Kate et William auraient sciemment choisi de reporter l'annonce de la naissance de leur fils à 21h30 afin de profiter de quelques heures de confidentialité.

Royal post-partum

Intimité, découverte, équilibre à trouver. Si le prince William profitera de deux semaines de congés parentaux pour prendre ce temps, l'enjeu concerne tout particulièrement la duchesse de Cambridge à qui reviennent des décisions aussi importantes qu'intimes. Allaiter ou ne pas allaiter, telle est par exemple la question, à laquelle seule Kate s'est réservé le droit de répondre. "Elle devra néanmoins déterminer si ses obligations seront compatibles avec la tétée," rappelle Myriam Szejer.

Sans surprise, Kate sera au centre de l'attention des médecins pendant ces premiers jours. À l'image de près de huit mère sur dix, Kate pourrait bien souffrir d'une royale dépression post-partum, plus connu sous le nom que lui ont attribuée les anglo-saxons: le baby blues. Humeur changeante, envie de pleurer, anxiété, troubles du sommeil, retour de couches difficile, il touche 8 femmes sur 10 pour aboutir sur un sentiment contradictoire. "Je pleure alors que j'ai tout pour être heureuse", résume la psychanalyste.

Le combat de Kate? "Ce sera d'être mère avant d'être princesse," analyse Myriam Szejer. "Elle met au monde un enfant qui pourrait lui échapper tout de suite," poursuit-elle. D'où ce soucis affiché d'être particulièrement présente, de conserver du temps mais aussi un espace pour soi pour créer un lien avec son enfant.

"On est toujours dépassée par la maternité," continue la psychanalyste. Or, face à ces enjeux, la duchesse de Cambridge dispose d'une alliée de choix, sa mère, dont elle s'est beaucoup rapprochée dernièrement. Le bruit court qu'elle pourrait passer les six prochaines semaines chez ses parents dans le Berkshire, une proximité qui pourrait lui être utile pour trouver sa place. "Les femmes ont souvent besoin de la reconnaissance maternelle pour devenir mères à leur tour," explique Myriam Szejer.

Des parents comme les autres

Pour William, l'enjeu est tout autre. "Sa place de père, il va la trouver, elle va s'imposer dans la vie de l'enfant," prophétise Myriam Szejer.

De fait, c'est bien William qui est porteur de la lignée royale et qui la transmet à son fils. C'est donc son rôle de père qu'il devra trouver. "Il devra être là pour affirmer sa position par rapport à son enfant, c'est nouveau," rappelle la psychanalyste. Si "auparavant, les naissances royales étaient codées, les hommes ne voyaient pas le bébé, la naissance se faisait entre femmes. Aujourd'hui, il est comme monsieur-tout-le-monde," poursuit-elle.

William et Kate seraient donc avisés de suivre les conseils habituellement prodigués aux nouveaux parents, comme ceux du site de conseil en relations conjugales britannique Relate. Partager les tâches oui, mais aussi conserver du temps à soi. Ne pas vouloir régler les problèmes à l'intérieur du couple, aller chercher de l'aide à l'extérieur, mais aussi prendre en considération la fatigue due au manque de sommeil dans les premiers jours et faire mutuellement preuve de bonté et de gentillesse... Enfin, last but not least, choisir un domicile, une maison qui accueillera la nouvelle famille.

Or sur ce point, rien n'est officiellement arrêté. À la rumeur d'une retraite chez les Middleton s'ajoute celle, plus crédible, d'un établissement provisoire à Anmer Hall, sur la propriété royale de Sandrigham, avant que le couple princier n'emménage une bonne fois pour toute dans leur appartement du Palais de Kensington. Quitter la maternité? C'est aussi un défi pour bébé que le changement d'environnement peut affecter. "Il sera forcément un peu perdu, perturbé, il devra s'habituer à ce nouvel environnement et prendre ses marques," préfigure Myriam Szejer.

"À double tranchant"

Kate et William ont beau vouloir être des parents normaux, leurs obligations n'en demeureront pas moins royales. La sollicitude, le protocole et le décorum propres à la monarchie peuvent fournir un cadre rassurant aux nouveaux parents, "mais cela peut-être à double tranchant," prévient la pédopsychiatre. "S'ils font le choix d'assumer, cela les aidera, s'ils sont dans le refus, ils en souffriront".

Et si le plus dur était à venir? Kate et William ne sont pas destinés à rester duc et duchesse toute leur vie, ce sont les futurs roi et reine d'Angleterre. Cette destinée les met face à d'autres choix.

Le jeune papa devra par exemple décider s'il souhaite poursuivre sa carrière dans la Royal Air Force ou se consacrer pleinement à ses obligations royales. Stationné au Pays de Galles, William est pilote d'hélicoptère de sauvetage, un engagement qui ancre le jeune couple dans une forme de normalité à laquelle il tient.

Myriam Szejer est l'auteure sous le pseudonyme d'Alice Neumann de Bébé rentre à la maison, aux éditions Albin-Michel.

La naissance du futur roi d'Angleterre en images :

Loading Slideshow...
  • 12h41, bébé n'est pas encore né

    Une horloge a été accrochée sur un mur faisant face à l'aile du bâtiment où Kate devait accoucher. Il est 12h41, bébé n'est pas encore né. #TheGreatKateWait indique un autocollant. "Keep calm it's a girl", propose un porte-clef, pastichant le célèbre "Keep calm and carry on" placardé sur les murs de Londres en 1941 pendant la bataille d'Angleterre.

  • Couverture médiatique

    À Londres, les parapluies sont de rigueur, mais cette fois pour la couverture médiatique de l'événement. Ici, une journaliste de le St Mary Hospital.

  • Une berline comme les autres?

    Oui, à ceci près que le véhicule quittant l'hôpital St Mary se dirige vers Buckingham avec la note officielle annonçant... le sexe du royal baby.

  • Le héraut d'armes qui annonce la naissance

  • L'affichette annonçant la naissance

  • Affichette royale

    On se bouscule, on se rue devant l'annonce officielle, qui pour la voir en vraie, qui pour la photographier.

  • Le page de la Reine Philip Rhodes reçoit la note officielle annonçant la naissance d'un petit garçon.

  • L'heure est à la fête en Grande-Bretagne

  • Les chutes du Niagara célèbrent l'événement

    Les chutes du Niagara ont été éclairées d'une lumière bleue pour fêter la naissance royale.

  • La fontaine de Trafalgar Square

    La fontaine de Trafalgar Square s'est vêtue de bleu pour annoncer l'arrivée du fils de Kate et William.

  • La tour British Telecom

    "C'est un garçon" annonce fièrement la tour British Telecom

Les meilleurs tweets sur le Royal Baby :

Loading Slideshow...

Stars et politiques félicitent le couple :

Loading Slideshow...
  • David Cameron

    "Je suis ravi pour le Duc et la Duchesse maintenant que leur fils est né. Le pays tout entier va le célébrer. Ils feront de merveilleux parents."

  • Barack Obama

    Barack Obama et son épouse Michelle ont adressé lundi leurs félicitations au prince William et à sa femme Kate pour la naissance de leur fils, leur souhaitant du "bonheur", a annoncé la Maison Blanche.

  • Nancy Pelosi

    "Je souhaite au Prince William et à la duchesse Kate beaucoup de joie et de bonheur alors que la Grande Bretagne accueille le nouveau membre de la famille royale."

  • Cara Delevingne, mannequin anglais

    "C'est un garçon!!!! Félicitations à William et Kate"

  • Kelly Osbourne

    "Que Dieu bénisse notre futur roi, très fière d'être anglais ce soir."

  • Stephen Harper

    Le Premier ministre canadien Stephen Harper a écrit de son côté sur son compte Twitter: "Au nom de tous les Canadiens, j'adresse mes plus sincères félicitations au couple royal et à l'ensemble de de la famille royale."

  • Kevin Rudd, premier ministre australien

  • François Hollande

    Le président François Hollande a adressé avec sa compagne ses "plus sincères félicitations" aux époux dans une lettre.

  • Vladimir Poutine

    Le président russe, Vladimir Poutine s'est contenté de féliciter la reine Elizabeth pour la naissance de son arrière petit-fils.

  • Le gouvernement japonais

    Le gouvernement japonais "félicite chaleureusement la famille royale britannique et le peuple britannique", a dit le secrétaire général du gouvernement Yoshihide Suga, rappelant que le Premier ministre Abe avait déjà envoyé un message de félicitations à son homologue David Cameron

  • Shimon Peres et Benjamin Netanyahu

    En Israël, le président Shimon Peres et le Premier ministre Benjamin Netanyahu ont publié leurs félicitations sur leur page Facebook.

  • l'Iran

    Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien, Abbas Araqchi a lui aussi adressé son petit message, lors d'un point presse hebdomadaire:


LIRE AUSSI:

» Le Royal Baby est né et c'est un garçon

» En attendant la naissance, le web s'est bien amusé

» Si un jour vous devez vous adresser au fils de William et Kate, voici comment le faire

Le bébé de Kate et William règnera-t-il un jour? par l'historien Philippe Chassaigne

Insubmersible monarchie, par l'ancien diplomate Philippe Moreau-Defarges

Le it-bag de naissance à avoir à la maternité

Découvrez d'autres articles santé, alimentation, tendances et sexualité dans notre rubrique C'est la vie
Retrouvez les articles du HuffPost C'est la vie sur notre page Facebook.