NOUVELLES

Projet Montréal dévoile la liste de ses donateurs

18/07/2013 05:01 EDT | Actualisé 16/09/2013 05:12 EDT

Le chef de Projet Montréal et candidat à la mairie Richard Bergeron a rendu publique la liste des personnes qui ont contribué à sa formation politique depuis le début de l'année. 

« Projet Montréal, depuis sa fondation en 2004, a toujours été plus loin que les règles applicables en matière de financement et nous ne ferons pas exception cette année », a-t-il affirmé dans un communiqué dans lequel il dévoile les nouvelles règles de financement de son parti.

Ainsi, la liste des donateurs de 100 $ et plus est désormais affichée sur le site Internet du parti. Projet Montréal s'engage également à effectuer un suivi auprès des donateurs de plus de 200 $ pour s'assurer « qu'il s'agit d'un don totalement désintéressé ».

Le parti ne tiendra en outre aucune activité de financement dont le coût de participation serait fixé à plus de 200 $ et plafonnera volontairement ses revenus et dépenses à 750 000 $ lors de la prochaine campagne électorale, soit la moitié de la limite fixée par la loi.

Le chef de Projet Montréal a d'ailleurs rappelé que son parti a dépensé 250 000 $ aux dernières élections, contre 1,5 million de dollars pour Vision Montréal et Union Montréal.

Bergeron met les autres partis au défi

À la lumière des allégations de pratiques de corruption et de collusion exposées devant la commission Charbonneau, Richard Bergeron a par ailleurs mis les autres partis au défi de rendre également publique leur liste de donateurs. « Il est très important d'avoir ces informations avant le jour du vote », a-t-il affirmé lors d'un point de presse devant l'hôtel de ville jeudi.

« Avec les nouvelles règles d'aujourd'hui, rien n'empêche quelqu'un de donner 300 $ à la coalition de Marcel Côté et en parallèle de donner 300 $ à Vision Montréal. Or, ceci est contraire à l'esprit des nouvelles règles de financement des partis politiques », a-t-il ajouté.

Réagissant à ses propos, son adversaire politique Denis Coderre a affirmé avoir eu la même idée que Richard Bergeron, mais avant lui. « Il est en retard, il est encore en réaction à moi. J'ai dit depuis le début, non seulement qu'on allait avoir une campagne populaire, mais que je n'accepterais pas des dons de plus de 100 $ », a-t-il souligné lors d'une entrevue accordée à Radio-Canada.

Selon la chef de Vision Montréal, Louise Harel, Projet Montréal n'apporte « rien de nouveau ».  « De toute façon, avec les nouvelles dispositions du Directeur général des élections du Québec, dorénavant les contributions sont publiques. Les dispositions nous les avons adoptées il y a quatre ans », a-t-elle commenté.

PLUS:rc