DIVERTISSEMENT

Gala JPR Emmanuel Bilodeau : sympathique défoulement (VIDÉO)

18/07/2013 11:39 EDT | Actualisé 17/09/2013 05:12 EDT

Emmanuel Bilodeau n'a pas misé sur le fla-fla et les excentricités pour son premier gala Juste pour rire. Avec un thème comme le chialage, il n'en avait pas besoin. En criant leur indignation et leurs récriminations, ses invités ont su insuffler rythme et dynamisme à la soirée de mercredi, sans toutefois tomber dans les leçons de morale. On aurait peut-être espéré un peu plus de cynisme et de mordant, mais force est d'avouer que rire de nos travers n'a jamais semblé aussi facile et agréable.

L'animateur est arrivé sur les planches en vélo, habillé d'un cuissard et du haut d'un habit. La table était mise pour décocher quelques flèches aux cyclistes et aux automobilistes. « Avez-vous le goût de chialer? », a-t-il demandé avec énergie. « Oui! », a craché la foule. «Vous êtes de vrais Québécois! »

Son numéro d'ouverture était un peu décousu (ce qu'on lui pardonne aisément), mais reflétait ses préoccupations, dont l'identité de la Belle Province et la dualité français-anglais. Notre homme semble encore amer de la défaite du Oui au référendum de 1995. « C'était impossible que le Parti Québécois gagne; on demandait une réponse positive à un peuple de chialeux! » Il s'est chargé de reformuler la question en vue du prochain grand scrutin : « Tenez-vous tant que ça à rester dans le même pays que la Saskatchewan?! »

Tout de suite après, un Peter MacLeod en grande forme est venu nous expliquer ses « changements de vie et de standards », lui qui ne fréquente désormais que des jolies « petites rondes » et non plus des « pétards ». « Tu es en chair? Tu as un problème de glandes? Des gros os? Tu manges tes émotions? On peut être ensemble, bébé. » Même si l'essentiel de sa tirade était rigolote, certains gags ne volaient pas très haut. Le parterre a néanmoins semblé apprécier. « Il n'y a rien comme une dodue qui est due! », a-t-il conclu, en guise de conseil à ses camarades masculins.

Étonnante relève

Gros, gros coup de cœur pour deux nouveaux venus qui, à n'en pas douter, feront tourner les têtes. Virginie Fortin, qui a remporté il y a quelques semaines le concours télévisé En route vers mon premier gala Juste pour rire, a diverti avec ses lignes au dénouement toujours punché, et déclamées d'un ton posé, agrémenté d'un petit air de « je-m'en-foutisme ». Elle a dévoilé ses couleurs après avoir sous-entendu que ceux qui dansent le moonwalk « baisent avec des enfants » (en référence à Michael Jackson). « Oui, Wilfrid-Pelletier. Une blague déplacée sur une icône décédée, je n'ai peur de rien. » Quelques exemples de ses trouvailles ? « Appeler ton pays, les États-Unis, c'est comme appeler ton enfant "Paquet d'atomes" ». Ou encore « Dernièrement, on m'a comparée à Karine Vanasse. On m'a dit : "Tu es bête, comparée à Karine Vanasse". Karine Vanasse, c'est le genre de fille à qui tu demandes sa couleur préférée, et qui te répond : "Le rire d'un enfant!" » Si on se fie aux cris de joie qui ont retenti lorsque Virginie s'est pointée sur scène, on en déduit que celle-ci a déjà un bon bassin d'admirateurs.

Plus tard, son camarade Olivier Martineau a qualifié Montréal de « ville du diable » et s'en est pris aux policiers autant qu'aux amoureuses des félins. « Le chat, c'est le chien des pauvres », a-t-il philosophé, avant de larguer une autre bombe : « Les filles, quand un homme entend que vous avez quatre chats, le radar à crisses de folles part! » Il n'a pas beaucoup apeuré avec son ton colérique, mais il n'a pas hésité à invectiver les visages devant lui pour faire réagir. « Madame, c'est quoi votre nom? », a-t-il hasardé. « Isabelle ». « J'haïs ça! », a-t-il vociféré avec hargne. À un autre moment, un homme peu expressif s'est lui aussi fait apostropher. « Applaudis pas, tout d'un coup que ça mettrait de l'ambiance! » Le jeune homme s'est mérité une ovation debout, pleinement justifiée.

Commission bidon

À mi-parcours, la Commission Tomato, une table d'enquête visant à rétablir la réputation de la mafia (« Suffit de regarder la politique municipale pour voir qu'on n'est pas si pires que ça! ») a été le prétexte au défilé de quelques surprises. Dans la peau de son personnage Tony Tomato, Emmanuel Bilodeau a ainsi sermonné Alain Gravel, le chef du Bloc Québécois Daniel Paillé, et Colette Provencher, alias Dame Nature elle-même. De jolies idées, mais ça manquait un peu d'acidité.

D'autres grosses pointures avaient répondu à l'appel d'Emmanuel Bilodeau et se sont elles aussi défoulées joyeusement. Laurent Paquin a fait la nomenclature des « phrases qui ne se disent pas ». Entre autres? Balancer à quelqu'un qu'il a mauvaise haleine. « Si quelqu'un t'offre une gomme, prends-la. C'est le seul moyen existant pour te dire que tu pues de la gueule! »

De son côté, Martin Petit a déploré que seules « les minorités » ont le droit de se révolter. « Moi, je suis un homme blanc, je n'ai pas le droit de chialer ». Son discours l'a mené jusqu'aux petites misères de la génération X, la sienne, qui a notamment connu le calvaire de vivre ses premières expériences sexuelles dans les années 1980. Toujours à-propos, Martin a ainsi créé l'un des meilleurs instants de la soirée.

Guillaume Wagner, lui, a tapé gentiment sur les femmes. Celles qui n'aiment que les trous de cul (sic), celles qui s'haïssent entre elles, celles qui sont anorexiques ou boulimiques... Il a aussi adressé un clin d'œil aux hommes qui craignent l'homosexualité comme la peste. Et Billy Tellier a donné à Jérémy Demay une leçon sur l'art de bougonner. Le contraste entre la grandeur des deux hommes était cocasse à voir.

Emmanuel Bilodeau a apposé le point final avec son personnage d'homme centenaire, représentant de l'AVC (Association des vieux crisses). L'aïeul en avait long à dire sur les foyers pour personnes âgées. « Mon foyer, c'est un genre d'Unité 9, avec plein de Micheline Lanctôt en jaquette ! De temps en temps, on voit une petite Shandy en marchette! » Encore une fois, on aurait souhaité un ton plus acerbe, mais on souhaitait visiblement garder un esprit rassembleur.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques artistes présents au Festival Juste pour rire 2014