NOUVELLES

Près de 270 000 $ en allocations de départ pour Applebaum

17/07/2013 03:09 EDT | Actualisé 15/09/2013 05:12 EDT

L'ex-maire intérimaire de Montréal Michael Applebaum a reçu près de 270 000 $ en allocations de départ et de transition à la suite de sa démission en juin dernier.

Cette somme qui a été versée par la Ville de Montréal lui a été accordée en fonction de la Loi sur le traitement des élus municipaux, a indiqué Gonzalo Nunez, porte-parole de la métropole.

Michael Applebaum a annoncé sa démission le 18 juin dernier. Celui qui a été maire par intérim de Montréal pendant sept mois avait alors déclaré que les accusations portées contre lui étaient « infondées ». « Je vais miser mes énergies pour me défendre. [...] Je n'ai pris aucun sou de personne », avait-il dit.

L'ex-maire de Montréal fait face à 14 chefs d'accusation, dont complot, fraude, corruption et abus de confiance. Le commissaire à la lutte contre la corruption, Robert Lafrenière, a indiqué que les accusations dans ce dossier reposent sur des pots-de-vin obtenus pour favoriser deux projets immobiliers dans l'arrondissement Côte-des-Neiges - Notre-Dame-de-Grâce. Ces pots-de-vin s'élevaient à plusieurs dizaines de milliers de dollars, avait précisé M. Lafrenière.

Allocations riment avec cynisme, selon Vision Montréal 

La chef de Vision Montréal, Louise Harel, estime que ces allocations de départ envoient un mauvais message aux Montréalais. « Il pourra conserver ce montant même s'il est reconnu coupable des accusations criminelles qui pèsent contre lui. Cette situation augmente le cynisme des citoyens et doit être corrigée », a-t-elle affirmé dans un communiqué.

Pour ce faire, elle demande au conseil municipal de modifier le Règlement sur le traitement des membres du conseil, puisque le versement d'une allocation de transition n'est pas une obligation selon la loi québécoise. Un élu qui démissionne avant la fin de son mandat ne devrait pas recevoir d'allocation de transition, « sauf si des raisons valables l'empêchent d'exercer ses fonctions », estime la formation politique.

Les règles régissant les allocations de transition ont d'ailleurs été resserrées à Ottawa et pourraient l'être bientôt à Québec, souligne Mme Harel.

Vision Montréal déposera une motion à cet effet lors de la séance du conseil municipal le 26 août prochain.

PLUS:rc