NOUVELLES

Liste de fonctionnaires ennemis : le gouvernement refuse de commenter

16/07/2013 04:47 EDT | Actualisé 14/09/2013 05:12 EDT

Le gouvernement Harper refuse de confirmer les informations voulant qu'il ait dressé une « liste de fonctionnaires ennemis » dans le cadre de la transition qui suit le remaniement ministériel annoncé lundi.

Dans un courriel daté du 4 juillet, un responsable du cabinet du premier ministre Stephen Harper demande à tout le personnel politique des cabinets ministériels d'inscrire sur une liste les noms de fonctionnaires qui risquent de créer des problèmes.

Le courriel recommande en outre d'éviter les fonctionnaires qui « ne peuvent accepter oui ou non comme réponse », et suggère de bien cerner les personnes avec qui il faut tisser des liens.

« Même si nous ne faisons pas de commentaires sur les communications à l'interne, nous collaborons avec nos ministres, surtout les nouveaux, pour s'assurer qu'ils ont été très bien informés afin de poursuivre leur travail au bénéfice des contribuables canadiens », s'est contenté de déclarer Carl Vallée, l'un des porte-parole du premier ministre.

La « Transition Binder Check List » devait être incluse dans les notes de breffage préparées pour faciliter l'entrée en fonction des nouveaux ministres ou des ministres qui ont changé de portefeuille. La note en a visiblement irrité quelques-uns, puisqu'elle a été transmise à des médias des quatre coins du Canada.

« Est-ce le véritable visage du nouveau cabinet? », peut-on lire dans une lettre anonyme jointe au courriel du cabinet du premier ministre.

Lorsqu'elle a appris l'existence de cette missive, l'avocate spécialisée en immigration Barbara Jackman s'est immédiatement demandé si son nom figurait sur une liste transmise par l'ancien ministre de Citoyenneté et Immigration Jason Kenney à son successeur.

« Parce que ce ministre n'a jamais caché qu'il ne m'aimait pas, même si je ne l'ai jamais rencontré », a affirmé Me Jackman, qui a été une véritable épine dans le pied du ministre Kenney. Celui-ci l'a même taxée de « brute gauchiste » à la Chambre des communes, avant de retirer ses propos.

En entrevue sur les ondes de CTV, le successeur de Jason Kenney a déclaré que le « cahier de transition » est une référence utile. « Cela ne porte pas sur les gens qui ne nous ont pas soutenus », a affirmé mardi Chris Alexander. « Cela porte sur ce qui a fonctionné et sur ce qui aura besoin d'être changé dans le futur si nous voulons que l'économie de ce pays demeure solide. »

La Presse Canadienne

PLUS:rc